Les biotechs belges font le show

Photo d'illustration. ©jonas lampens

Pas moins de quatre sociétés du secteur ont publié un communiqué ce lundi. Certaines ont fait le point sur leurs activités en 2018 et présenté leurs objectifs pour cette année. D'autres ont annoncé le lancement de nouveaux essais cliniques.

On savait déjà que 2019 serait une année cruciale pour les biotechs belges et la séance de ce lundi le confirme. Biocartis  , Celyad  , Galapagos  , Mithra  ... Les investisseurs ont de quoi se mettre sous la dent. Ce flux massif de nouvelles n'est pas une surprise en soi, car s'ouvre aujourd'hui la grande messe du secteur, la J.P. Morgan Healthcare Conference à San Franscisco, dont c'est la 37e édition cette année.

Pendant quatre jours, les sociétés de biotechnologie présentent leurs dernières avancées et rencontrent de potentiels futurs investisseurs. C'est THE place to be. Cette conférence, qui ne connait pas d'équivalent dans le monde des biotechs selon les analystes de KBC Group, est souvent l'occasion pour certaines entreprises de faire l'une ou l'autre annonce. Et justement, nos biotechs belges ne s'en sont pas privées.

BIOCARTIS

Biocartis, c'est la plus forte hausse à la Bourse de Bruxelles ce lundi. L'entreprise, spécialiste des laboratoires de poche Idylla pour le diagnostic médical rapide, assure dans un communiqué avoir rempli tous ses objectifs fixés pour 2018. Elle a installé quelque 326 nouveaux laboratoires l'année passée contre les 300 prévus initialement. De plus, le nombre de tests vendus (environ 133.000) est en ligne avec les dernières prévisions. "La croissance dans les laboratoires installés et la montée en puissance du volume annuel de tests vendus sont des indicateurs clairs de la courbe de croissance commerciale sur laquelle nous évoluons. Nous avons considérablement renforcé notre présence commerciale mondiale en 2018", se réjouit Herman Verrelst, le CEO de Biocartis.

"Biocartis peut se prévaloir d'une année 2018 réussie avec une forte entrée sur le marché américain, offrant également un bon point de départ pour 2019"
KBC Securities

Et cerise sur le gâteau, la société a clôturé l'année avec une trésorerie de 64 millions d'euros, soit 9 millions de plus que prévu. "Selon nous, Biocartis prend les mesures qui s'imposent pour étendre sa présence commerciale dans le difficile domaine du diagnostic. La société associe des partenariats stratégiques avec des tests exclusifs et une force de vente directe pour assurer une croissance continue", a estimé Stéphanie Put, analyste chez Degroof Petercam. La biotech a d'ailleurs annoncé la signature d'un partenariat avec NichireiBioscience, fournisseur de produits biologiques et diagnostiques au Japon.

"Biocartis peut se prévaloir d'une année 2018 réussie avec une forte entrée sur le marché américain, offrant également un bon point de départ pour 2019", ont conclu les analystes de KBC Securities.

Le miracle biotech va-t-il continuer?

2018 a été une année record pour les investissements dans les biotechs belges. Mais resterons-nous longtemps des champions mondiaux? Quels sont les prochains Mithra, argenx, Galapagos? Notre enseignement est-il suffisant pour affronter les futurs défis? Quelles sont les astuces à connaître avant d’investir dans ce secteur? Le point dans notre dossier en ligne.

CELYAD

De son côté, Celyad a également profité de l'ouverture de la JP Morgan Healthcare Conference pour faire le point sur ses activités en 2018. Dans une lettre adressée à ses actionnaires, la société rappelle avoir traité l'année passée plus de 30 patients dans le cadre de diverses études de phase 1 avec ses principaux candidats CAR-T, CYAD-01 et CYAD-101. Elle signale d'ailleurs que selon les dernières données de l'étude “autonome” de phase 1 THINK, cinq patients sur huit (62 %) avaient une activité antitumorale importante, dont trois patients ayant obtenu diverses formes de réponse complète. "Nos programmes cliniques ont fortement avancé en 2018 et nous pensons que la Société est prête à franchir nombre d'étapes importantes en 2019"a déclaré dans un second communiqué Christian Homsy, CEO de Celyad.

La biotech s'est d'ailleurs fixé plusieurs objectifs pour l'année en cours, comme accélérer la stratégie de développement et l’approche réglementaire du CYAD-01 pour le traitement des patients atteints de LMA ou de MDS, et ce en incluant le début d'un essai clinique de phase 2. Une approche appréciée par les analystes qui saluent la visibilité sur le calendrier pour ces prochains mois.

GALAPAGOS

"Bien que le principal moteur de la valorisation de la société demeure aujourd’hui son filgotinib, sa franchise FPI évolue rapidement"
Stéphanie Put
Degroof Petercam

Galapagos a pour sa part démarré 2019 sur les chapeaux de roues avec le lancement de deux nouveaux essais cliniques. L'entreprise a annoncé dimanche soir la phase 2a de son essai clinique "Novesa" visant des patients atteints de sclérose systémique. L'objectif est d'évaluer l'efficacité et la sécurité du GLPG1690 chez 30 patients atteints de sclérose systémique (SSc, ou sclérodermie). "La SSc est particulièrement intéressante, car cette maladie chevauche notre expertise dans les maladies auto-immunes ainsi que dans la fibrose", a expliqué Walid Abi-Saab, Chief Medical Officer de Galapagos.

La biotech a par ailleurs annoncé lundi matin avoir entamé la phase 1 de son essai clinique Toledo avec le GLPG 3312 visant des désordres inflammatoires chez 76 volontaires.

"Galapagos élargit son portefeuille de produits dans le domaine des maladies fibrotiques et de la fibrose pulmonaire idiopatique (FPI) en particulier. Bien que le principal moteur de la valorisation de la société demeure aujourd’hui son filgotinib, sa franchise FPI évolue rapidement", a souligné Stéphanie Put. Elle rappelle que vendredi soir, Galapagos a annoncé la signature d'un partenariat avec le Canadien Fibrocor.

MITHRA

Last but not least, Mithra s'ouvre à un tout nouveau pan de la santé féminine. La biotech va mettre au point un traitement visant à soulager les effets indésirables qui peuvent apparaître lors de la périménopause. Le lancement du PeriNesta est prévu dès 2023 avec un marché potentiel estimé au minimum à 18 millions de patients annuellement pour les Etats-Unis et quelques marchés européens (France, Royaume-Uni et Allemagne).

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés