Publicité

Les États-Unis favorables à la levée des brevets sur les vaccins anti-Covid

©REUTERS

Washington veut accélérer la production des vaccins à destination des pays moins riches actuellement frappés de plein fouet par la pandémie, tel l'Inde.

L'administration Biden a annoncé ce mercredi soir soutenir une levée des protections de propriété intellectuelle relatives aux vaccins contre le Covid-19. Cette position est censée contribuer à accélérer la production et la livraison des médicaments partout dans le monde.

Il s'agit d'une crise sanitaire mondiale, et les circonstances extraordinaires de la pandémie du Covid-19 appellent à des mesures extraordinaires."
Katherine Tai
Représentante américaine au Commerce

"Il s'agit d'une crise sanitaire mondiale, et les circonstances extraordinaires de la pandémie du Covid-19 appellent à des mesures extraordinaires", a déclaré Katherine Tai, la représentante américaine au Commerce dans un communiqué.

"L'administration croit fermement aux protections de la propriété intellectuelle, mais pour mettre fin à cette pandémie, elle soutient la levée de ces protections pour les vaccins contre le Covid-19", poursuit-elle. Elle a ajouté que des négociations sont actuellement menées au sein de l'Organisation mondiale du Commerce afin de permettre cette suspension des brevets.

Cette demande était déjà soutenue par une centaine États, dont l'Inde et l'Afrique du Sud. D'autres nations, notamment les membres de l'UE, le Royaume-Uni ou encore le Japon, s'y opposent, au même titre que les laboratoires pharmaceutiques, qui estiment qu'une telle initiative est de nature à dissuader la recherche.

Question complexe pour l'OMC

Initialement, les Etats-Unis, qui abritent plusieurs membres éminents de la Big Pharma, étaient également un adversaire de la mesure, mais l'aile la plus progressiste du parti démocrate a poussé Biden à changer son fusil d'épaule alors que la campagne de vaccination progresse à grande vitesse dans le pays.

Dans ce contexte, Katherine Tai reconnaît que les tractations à l'Organisation mondiale du Commerce "prendront du temps étant donné la nature consensuelle de l'institution et la complexité des questions en jeu". Elle a ajouté qu'elle observait l'énergie investie par la directrice de l'OMC, Ngozi Okonjo-Iweala, "pour saisir cette opportunité et voir ce dont l'OMC est capable".

Le président Biden avait soutenu une clause de renonciation au cours de sa campagne électorale victorieuse l'an passé. Interrogé mercredi quant à cette prise de position, il a indiqué qu'il s'épancherait davantage à ce sujet plus tard dans la journée.

Sur les marchés, le cours des actions Moderna, Pfizer, Novavax et BioNTech chutait nettement après l’annonce mercredi soir.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés