Publicité

Les quatre prochaines étapes pour Mithra

L'estetrol de Mithra n'a pas démontré son efficacité face au Covid-19. ©Valentin Bianchi / Hans Lucas

Mithra a tiré des revenus plus tôt que prévu de sa pilule Estelle, mais le marché a accueilli froidement ses résultats semestriels. Voici ce qui attend la biopharma dans les mois à venir.

Mise au placard du PeriNesta, retard pour le recrutement dans l’essai clinique pour le Donesta et, ce vendredi, l’absence d’efficacité de l’estétrol (E4), le produit vedette de Mithra, dans le traitement du Covid-19. Les mauvaises nouvelles se sont en apparence enchaînées, en l’espace de quelques jours, pour la biopharma liégeoise spécialisée dans la santé féminine, dont l’action a souffert et souffre encore ce vendredi en bourse. Depuis le début de l’année, elle a perdu 9% de sa valeur.

Mais, chez KBC Securities ("acheter"; 33,5 euros), Thomas Vranken relativise l’échec rencontré face au virus pandémique. "Comme nous considérions cet essai plutôt comme un développement opportuniste pour montrer les aspects cardioprotecteurs potentiels de l'E4 sans le mettre sur le marché, nous ne lui avions attribué aucun poids dans notre valorisation".

Contribuer à la lutte contre le Covid

Chez Mithra, on relativise aussi fortement ces résultats, en soulignant que ces premières données chez des patients avec comorbidités, hommes et femmes, confortent le profil de sécurité unique de l'estétrol, et que cette étude clinique avec 175 patients n’a pas représenté une charge financière importante. "Nous avions une volonté de contribuer à la lutte contre le covid" assure le CFO de l'entreprise, Christophe Maréchal. "Mais il est clair qu’on n’aurait jamais investi des montants importants dans une phase 3 contre le covid-19. Si on était sorti avec un effet différenciant, et si toute la communauté mondiale nous avait indiqué qu’elle allait nous aider, là, on y serait allé..."

Ventes de l'Estelle

Plus encourageant, le compte de résultat du premier semestre publié vendredi matin laisse apparaître un chiffre d’affaires de 12,1 millions d’euros (contre 2,5 millions un an plus tôt).

"Notons toutefois qu'il s'agit encore d'un chiffre assez faible. Nous espérons avoir une meilleure vision de la trajectoire de croissance d'Estelle d'ici à la fin de l'année."
Maxime Stranart
Analyste chez ING

La moitié de celui-ci est composé des premières ventes de l’Estelle au cours du deuxième trimestre aux États-Unis, au Canada et en Europe. En outre, ce montant de 12 millions est largement supérieur au consensus de 5 millions d’euros.

"Nous ne tablions sur aucun revenu issu de l’Estelle avant le second semestre de cette année", reconnaît, de son côté, Maxime Stranart d’ING (" acheter" ; 34 euros). "Notons toutefois qu'il s'agit encore d'un chiffre assez faible. Nous espérons avoir une meilleure vision de la trajectoire de croissance d'Estelle d’ici à la fin de l'année", tempère l’analyste.

"Les premiers retours que nous avons des milieux médicaux sont excellents".
Christophe Maréchal
CFO de Mithra

"Ces six millions de revenus d’Estelle sont la preuve que le lancement commercial aux Etats-Unis a déjà pesé sur les revenus de la société, c’est une toute bonne nouvelle. Les premiers retours que nous avons des milieux médicaux sont excellents", fait valoir de son côté Christophe Maréchal, qui indique ne pas pouvoir être plus précis pour l'instant. Le directeur financier rappelle qu'aux États-Unis, "il est d'usage que les femmes essaient d'abord des échantillons gratuits pendant deux mois. Cela ne nous fait pas beaucoup de bien. Mais cela est nécessaire pour gagner des parts de marché" 

Perspectives

Laura Roba, de Degroof Petercam ("acheter"), estime, pour sa part, que ces résultats semestriels ne comportent aucune surprise. En fonction de ceux-ci et des annonces faites plus tôt dans la semaine, elle va affiner son modèle, ce qui pourrait avoir un impact sur son objectif de cours de 34 euros.

Pour l’analyste les quatre prochaines étapes importantes pour Mithra sont les suivantes :

  • Les premières données d’efficacité du Donesta, un traitement contre les effets indésirables de la ménopause attendues pour la fin de l’année.
  • Un partenariat commercial potentiel pour ce dernier.
  • Le lancement commercial de l’Estelle en Italie (le plus grand marché en Europe) et l’approbation en Australie.
  • La position de la FDA sur l'anneau contraceptif Myring attendue début 2022, préalable indispensable pour sa commercialisation aux Etats-Unis.

Une nouvelle initiative?

A noter qu'à cette liste, il faudra peut-être ajouter une nouvelle initiative sur le segment de la périménopause, laissé vacant avec l'abandon du PeriNesta. Mithra a en effet fait remarquer que si le développement clinique du produit était abandonné, d'autres pistes pourraient être explorées, en repartant des deux produits phares de la société. "Nous avons quelque chose dans le pipeline que nous pouvons faire cette année" a souligné le CEO de la société, Leon Van Rompay, en ajoutant sans plus de détail que des discussions étaient en cours avec les autorités sanitaires européennes et américaines.

Mithra est le premier actionnaire de Mayne Pharma

Avec la réception de la deuxième tranche d'actions Mayne Pharma, Mithra est désormais le premier actionnaire  de la société australienne, avec 9,57%, a indiqué Mithra vendredi dans le communiqué sur ses résultats financiers.

Cotée sur le marché australien (ASX), Mayne Pharma, qui est fort présent aux USA, est le partenaire que Mithra a choisi pour la commercialisation de la pilule Estelle aux États-Unis (sous le nom de marque Nextstellis).

Lors de l’accord signé avec la société, l’ancien CEO de Mithra, François Fornieri, avait obtenu cette participation dans le capital de Mayne, qui devait intervenir en deux tranches, dont la deuxième lors de l'approbation de la pilule Estelle par l'Agence réglementaire américaine, la FDA. A cette occasion, Mithra devait également obtenir un siège au sein du conseil d’administration de Mayne Pharma, mais l’entreprise liégeoise n’a pas encore donné d’information à ce sujet.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés