MaSTherCell, champion wallon de la thérapie cellulaire

©MaSTherCell

Fondée en 2011, la biotech carolo spécialisée dans la production de matériel cellulaire se développe à un rythme impressionnant. Elle vient de doubler ses capacités de production et engage à tour de bras.

En termes de création d’emplois et de croissance, c’est une des plus belles réussites du secteur de la biotech en Wallonie: l’entreprise carolo MaSTherCell a inauguré officiellement vendredi une nouvelle aile de production de 600 m² sur son site de Gosselies. La concrétisation d’un investissement de plusieurs millions d’euros qui apporte à la société cinq nouvelles salles blanches ultramodernes. Cet agrandissement va permettre à MaSTherCell de doubler ses capacités de production pour faire face à une demande sans cesse croissante de produits de thérapie cellulaire.

La Wallonie entreprend

Vous entreprenez? Vous avez des idées pour faire bouger les lignes? Rejoignez la communauté des entrepreneurs:

La newsletter hebdomadaire

- Le groupe LinkedIn

Découvrez aussi notre site dédié aux chefs d'entreprise wallons et l'ensemble de nos articles.

Spin-off de l’ULB, MaSTherCell est une société qui fabrique du matériel pour le compte de clients (CDMO, pour Contract development and Manufacturing Organization). Elle est spécialisée dans la thérapie cellulaire, une discipline en plein essor tant pour les maladies rares que pour les pathologies fréquentes. Elle a été reprise en 2015 par Orgenesis, une biotech israélo-américaine cotée au Nasdaq depuis le début de l’année.

Le développement de MaSTherCell, qui a été fondée en 2011, s’est avéré plutôt spectaculaire: le chiffre d’affaires est passé de 6,3 millions d’euros en 2016 à 11,5 millions d’euros en 2017. "On espère faire 50% de mieux pour l’année en cours", s’enthousiasme le CEO Denis Bedoret.

Résultat: l’entreprise engage à tour de bras: "On a recruté plus de soixante personnes en 2018. On terminera l’année à 145", poursuit le patron. Et ce n’est pas fini: "Nous allons devoir assurer un recrutement important pour faire face aux besoins du marché." L’objectif proche, c’est 200 à 250 emplois sur le site actuel. Et le CEO songe déjà aux étapes suivantes. "On devra encore augmenter nos capacités de production et de services, toujours sur Charleroi. Ceci notamment pour permettre un manufacturing commercial à large échelle. Nous allons y réfléchir dès 2019."

L’entreprise est en bénéfice depuis 2017. "Nous avons été profitables l’année passée et, en 2018, nous ferons nettement mieux. La pérennité financière est assurée", note Denis Bedoret.

Un créneau porteur

Si MaSTherCell a dû trouver davantage de place sur son site actuel (dans le bâtiment de l’i-Tech Incubator), c’est que le créneau dans lequel elle est active est particulièrement porteur, mais également parce qu’elle a réussi à s’imposer rapidement. L’entreprise compte aujourd’hui une bonne douzaine de clients, dont son actionnaire Orgenesis ou, depuis tout récemment, l’américain Iovance Biotherapeutics.

«On a signé avec quatre nouveaux clients cette année.»
Denis Bedoret
CEO de Masthercell

"On a signé avec quatre nouveaux clients cette année et les projets existants prennent de l’ampleur. Nos clients ont des besoins qui grandissent et on grandit avec eux", souligne encore le CEO. Paradoxalement, il n’y a toujours pas de sociétés belges dans la liste, les biotechs de notre pays ayant préféré développer en interne les produits analogues à ceux fournis par MaSTherCell.

Orgenesis, qui a annoncé il y a quelques mois la création d’un partenariat avec Great Point Partners, un fonds d’investissement américain, a fait de MaSTherCell le centre de manufacturing pour ses activités en Europe et a investi pour y implanter son activité R&D. La biotech wallonne est ainsi devenue la pièce maîtresse d’un réseau global.

MaSTherCell avait avant cela enregistré fin 2017 l’arrivée de la SFPI dans son capital, ce qui a renforcé l’ancrage belge.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect