Merck recalé par l'Europe sur la sclérose en plaques

L'action du laboratoire pharmaceutique allemand chute de 8% à la Bourse de Francfort suite à un avis négatif de la commission de l'Agence européenne des médicaments sur son dernier produit phare: un traitement de la sclérose en plaques par voie orale.

Le laboratoire pharmaceutique allemand Merck KGaA a essuyé un avis négatif des autorités sanitaires européennes pour son traitement par voie orale de la sclérose en plaques, Cladribine Tablets.

La commission de l'Agence européenne des médicaments (EMEA) chargée d'examiner les demandes d'autorisation de mise sur le marché a rendu un avis négatif, jugeant que les bénéfices n'étaient pas supérieurs aux risques induits par ce nouveau traitement, a annoncé Merck KGaA dans un communiqué.

L'EMEA examine les demandes des laboratoires et transmet ensuite son avis à la Commission européenne, qui doit trancher.

Après ce revers, le laboratoire "évalue toutes les options pour obtenir l'autorisation européenne" et n'exclut pas de faire appel, a-t-il précisé.

Suite au rapport de l'EMEA, Merck chutait vendredi matin de 8,29% à Francfort.

Ce traitement de la sclérose en plaques par voie orale est l'un des principaux espoirs du laboratoire qui a demandé son autorisation dans environ 40 pays depuis mi-2009, et ne l'a obtenue pour l'instant qu'en Russie et en Australie.

Selon ses estimations, Merck KGaA peut espérer 420 millions d'euros de chiffre d'affaires de ce traitement en Europe en 2014, en cas d'autorisation.

 

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés