Publicité
analyse

Mithra au tapis après un double échec

©Valentin Bianchi / Hans Lucas

À cause de la pandémie, la société pharmaceutique belge Mithra a souffert d’importants retards dans sa dernière étude sur le Donesta. Celles sur le PeriNesta, autre blockbuster potentiel, ont même été mises à l’arrêt. L’action a pris un coup dans l’aile.

Aujourd’hui, l’action Mithra est la lanterne rouge de la Bourse de Bruxelles. Elle a cédé plus de 8% et retrouvé son plus bas niveau en un an. Mardi soir, l’entreprise liégeoise a annoncé deux mauvaises nouvelles pour ses actionnaires via deux communiqués de presse distincts.

L’un annonçait l’abandon du PeriNesta, un candidat traitement destiné à soulager les effets néfastes de la périménopause tout en procurant un moyen de contraception efficace aux femmes qui quittent l'âge de procréation. Et l’autre signalait que le recrutement pour l’étude clinique de phase III du Donesta aux États-Unis et au Canada était bouclé tandis que celui prévu en Europe allait rencontrer un peu de retard.

Une confirmation toutefois pour ce produit qui vise les effets indésirables de la ménopause: les premiers résultats d’efficacité pour les deux études sont toujours attendus pour fin 2021. À côté de la pilule contraceptive Estelle dont la commercialisation a débuté dans plusieurs pays, Mithra affiche de grandes ambitions pour le Donesta, pour lequel il cherche toujours un partenaire global.

Difficile dans ces circonstances de déterminer quel communiqué a eu le plus d’impact sur le cours ce matin. Dans le meilleur des cas, Mithra ne pourra lancer son médicament Donesta qu’au cours du premier semestre 2024 aux États-Unis, et du second semestre de la même année en Europe.

PeriNesta

Mithra doit en outre faire face à un second écueil: l’entreprise s’était préparée à lancer une étude de phase 3 sur le PeriNesta, une combinaison d’une pilule contraceptive et d’un médicament luttant contre les symptômes liés à la préménopause.

PeriNesta au frigo

Mithra comptait lancer le PeriNesta en 2023, mais le produit est actuellement au frigo. L’entreprise a pris cette décision après des échanges avec les autorités sanitaires ayant abouti à la conclusion que les recherches coûteraient 20 millions d’euros de plus qu’estimé. "Le PeriNesta n’est plus une priorité", a indiqué l’entreprise.

800
millions d'euros
La valeur boursière de Mithra.

Après cette annonce, les analystes n’ont pas fondamentalement modifié leurs modèles de valorisation et maintiennent leur recommandation d’achat. Mithra commercialise depuis peu une pilule contraceptive sous la marque Estelle.

Mithra devrait, avant la fin de l’année, annoncer les résultats intermédiaires de son étude sur le Donesta. Un moment à tenir à l’œil, vu que les analystes considèrent le Donesta comme un blockbuster potentiel. KBC Securities, par exemple, s’attend à terme à des pics de ventes d’environ 1,4 milliard d’euros.

"Le PeriNesta n'est plus une priorité."
Mithra

Les objectifs de cours de KBC Securities et de Banque Degroof Petercam impliquent un potentiel de hausse de près de 100% pour les douze prochains mois.

Les analystes soulignent que le PeriNesta – dont le programme de recherche a été interrompu – n’est pas très important pour l’entreprise. ING lui attribue une valeur de 3,5 euros par action, ce qui correspond à 10% de la valeur totale de l’entreprise. "Le marché potentiel était important, mais la trajectoire de développement était risquée. Nous estimons le pourcentage de réussite à seulement 40%."

10%
Les analystes soulignent que le PeriNesta – dont le programme de recherche a été interrompu – n’est pas très important pour l’entreprise. ING lui attribue une valeur de 3,5 euros par action, ce qui correspond à 10% de la valeur totale de l’entreprise.

Chez Degroof Petercam, la valeur du PeriNesta était "inférieure à 10%" de la valorisation totale de Mithra. KBC Securities était moins optimiste et l’évaluait à moins de 1 euro par action.

Les retards subis par l’étude sur le Donesta ne semblent pas inquiéter les maisons de bourse. Le retard se fait surtout sentir en Europe, tandis que le lancement aux États-Unis – le principal marché pour les médicaments – est toujours prévu pour le premier semestre 2024. L’action a malgré tout cédé plus de 8% aujourd’hui. La valeur boursière de Mithra se monte à 800 millions d’euros.

3 questions à Leon Van Rompay, CEO de Mithra

Mithra a mis fin aux études sur le PeriNesta. Est-ce de l’argent jeté ?

"Nous n’avions pas encore engagé beaucoup de frais pour le PeriNesta. Nous avons investi beaucoup de temps et de travail de préparation, mais au niveau financier, nous n’avons pratiquement rien investi. Les entreprises disposent de certaines ressources et de certaines possibilités. Nous pensons qu’il y a d’autres manières d’investir notre argent pour obtenir de meilleurs rendements."

À quoi pensez-vous ?

"Nous avons des projets qui pourraient encore aboutir cette année. Nous attendons le feu vert des autorités sanitaires européennes et américaines pour les annoncer. Ils concernent certains développements autour du Donesta. Et je peux déjà vous dire que leur potentiel est beaucoup plus important que tout ce que nous aurions pu attendre du PeriNesta."

Entre-temps, les recherches sur le Donesta ont pris du retard à cause de la pandémie. N’est-ce pas un revers majeur ?

"En Europe, le retard pourrait aller jusqu’à six mois, mais aux États-Unis, nous respectons le calendrier. Et c’est plus important étant donné que les États-Unis sont de loin le principal marché pour les médicaments. Oui, il peut y avoir un mois ou un mois et demi de différence, mais quelle importance ? Je constate que les analystes sont toujours positifs et recommandent notre action à l’achat."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés