edito

Mithra doit pouvoir vivre sans son papa

Rédacteur en chef

François Fornieri inculpé et incarcéré

Ce qui devait arriver est arrivé. Après les révélations sur les pratiques hallucinantes de l'ancienne direction de Nethys, notamment en matière de rémunération, il ne faisait pas un pli qu’un jour ou l’autre l’histoire connaîtrait un chapitre judiciaire. Il s’écrit en ce moment.

François Fornieri, patron flamboyant de la firme biotech Mithra, est sous les verrous, inculpé du chef de détournement par personne exerçant une fonction publique et d'abus de biens sociaux.

La justice a posé un geste à la fois fort et rare en le privant de liberté. François Fornieri a-t-il dépassé les limites de la légalité, ce dont il se défend depuis toujours? A-t-il confondu business et amitié? S’est-il cru au-dessus des lois? La justice répondra à ces questions. En attendant, l’intéressé est présumé innocent.

François Fornieri ou pas, Mithra doit prendre son destin en main.

Mithra est devenue une entreprise vedette comme la Wallonie en compte encore trop peu et c’est à François Fornieri qu’elle le doit. C’est lui, l’opportuniste, qui a détecté le potentiel de la maison et qui l’a fait grandir.

Mais c’est surtout une vedette en devenir. Mithra doit encore transformer l’essai. Or, c’est en 2021 que cela doit se passer. C’est maintenant que doit se produire le basculement, le moment où les ventes démarrent avec un premier produit prometteur.

Le programme ne doit pas changer. François Fornieri ou pas, Mithra doit prendre son destin en main. Avec ou sans lui, l'entreprise doit trouver son chemin sur le marché mondial qu’elle vise avec son produit-phare, la pilule contraceptive Estelle.

Cette maison a un potentiel de recherche et de ventes. Elle a des moyens financiers et un nouveau conseil d’administration plutôt costaud. Elle a surtout 300 collaborateurs qui bossent à Flémalle, fiers de leur biotech.

Ne pas confondre Mithra avec Nethys, ni Mithra avec son papa.

C’est ce potentiel qui compte et c'est d'ailleurs lui que les marchés financiers préfèrent voir dans cette histoire. Si les investisseurs n’ont pas matraqué l’action Mithra à la suite des ennuis judiciaires de son CEO, c’est vraisemblablement parce qu’ils font la part des choses et ne confondent pas Mithra avec Nethys, ni Mithra avec son papa.

En ce sens, l’approche du conseil d’administration de Mithra après la mise sous mandat d’arrêt du CEO vaut la peine d’être relevée ici: il "prend acte", sans un mot de plus, et se concentre sur la continuité du business. C’est froid, dénué de la moindre émotion, et c’est très bien comme ça. Si l'entreprise a un potentiel pour Liège et la Wallonie, c’est lui qui doit primer. Mithra doit pouvoir vivre sans son papa.

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés