L'action Mithra avale la pilule sans trop broncher

Le titre Mithra a chuté en début de séance, ce vendredi, avant d'effacer ses pertes. ©AFP

Après l'annonce de la mise sous mandat d'arrêt de François Fornieri, le patron de Mithra, le titre a chuté de 9% en début de séance. Il a ensuite réduit ses pertes.

Le suspense aura été de courte durée en bourse. Les investisseurs ont gardé la tête froide après l’annonce de la mise sous mandat d’arrêt de François Fornieri, le CEO et principal actionnaire de Mithra (à hauteur de 28,2%). L’homme d’affaires liégeois a été inculpé du chef de détournement par personne exerçant une fonction publique et d'abus de biens sociaux dans le cadre de l’affaire Nethys.

Mithra plonge et remonte

Si, dans les premières secondes de transaction, le titre a plongé de 9%, il a ensuite très rapidement effacé ses pertes pour remonter brièvement en territoire positif avant de finalement clôturer en baisse de 2,3%. Mercredi, lorsque les premières informations avaient filtré sur l’audition de François Fornieri, le titre avait brutalement décroché en bourse (-14%) avant de remonter une partie de la pente.

"Cette arrestation n’est pas liée à Mithra et, étant donné la forte implication de Christophe Maréchal dans de nombreuses activités de la société, nous n’anticipons pas d’impact au niveau opérationnel."
Lenny Van Steenhuyse
Analyste chez KBC Securities

Chez Mithra , on a rapidement pris les devants en annonçant, dès jeudi soir, la nomination du directeur financier, Christophe Maréchal, en tant que CEO ad interim. De son côté, le conseil  d’administration fera régulièrement le point sur la gestion de l’entreprise et sur l’évolution des différents projets.

KBC et Kepler à l'achat

Cette nomination et le fait que le mandat d’arrêt visant François Fornieri ne concerne en rien Mithra ont sans doute permis de limiter la casse en bourse. On se rappellera aussi que, parmi les principaux actionnaires de la société, on trouve des investisseurs qui ont une large expérience en gestion d’entreprises comme Marc Coucke (15%) et Noshaq (14,4%).

29,5
euros
L'objectif de cours moyen des analystes s'élève à 29,5 euros, ce qui correspond à un potentiel de hausse de 50% environ.

"Cette arrestation n’est pas liée à Mithra et, étant donné la forte implication de Christophe Maréchal dans de nombreuses activités de la société, nous n’anticipons pas d’impact au niveau opérationnel", tempère Lenny Van Steenhuyse, de KBC Securites. Il reste à l’achat sur la valeur avec un objectif de cours de 33,5 euros.

Même conclusion dans le chef de Loïc De Smet, chez Kepler Cheuvreux, qui, lui non plus, ne change pas ses perspectives sur la société. Il reste à l’achat avec un target de 34 euros. Parmi les analystes qui suivent la valeur, ils sont quatre sur cinq à conseiller d’intégrer l’action dans son portefeuille. L’objectif de cours moyen s’élève à 29,5 euros, ce qui représente un potentiel de hausse de 53%.

Rappelons que l’année qui débute est un exercice charnière pour Mithra. La société attend le feu vert de plusieurs autorités sanitaires afin de mettre sur le marché sa pilule contraceptive Estelle. Une véritable métamorphose attend Mithra si son produit phare est approuvé. Des accords pour la mise sur le marché ont déjà été conclus avec plusieurs partenaires.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés