Mithra ralentie dans sa quête de l’anneau

La société de François Fornieri connaît un revers aux États-Unis pour la commercialisation du Myring. ©Siska Vandecasteele

La FDA a demandé des données complémentaires avant de se prononcer sur la demande de mise sur le marché américain du Myring, l’anneau vaginal de Mithra.

Décidément entre la FDA, l’autorité sanitaire américaine, et les biotechs belges le courant a du mal à passer ces derniers temps.

Après Galapagos, qui s’est vue contrainte d’étoffer son dossier de demande de mise sur le marché de son produit phare - ce qui a provoqué une chute de 30% de son action -, c’est au tour de Mithra de devoir revoir sa copie. Cette fois, la réaction en bourse a été plus mesurée, avec un repli de l'action limité à 5% en début de séance. Elle a ensuite effacé une bonne partie de sa perte.

Cela s’explique sans doute par le fait qu’il ne s’agit pas du produit vedette de Mithra, la pilule contraceptive Estelle pour laquelle, à ce stade, la FDA n’a soulevé aucune question substantielle. Non, cela concerne le Myring, un anneau vaginal générique inspiré du NuvaRing de Merck et dont la commercialisation est déjà sur les rails en Europe.

Le Myring avait déjà fait l’objet de demandes d’informations complémentaires dans le chef de la FDA fin 2018.
Sandra Cauwenberghs et Lenny Van Steenhuyse
Analystes chez KBC Securities

Un retard est donc prévu aux États-Unis. La biopharma liégeoise assure cependant que le business plan global sur 10 ans ne devrait pas être affecté car le paysage concurrentiel a évolué, reflétant la complexité du développement de l'anneau contraceptif.

Trois mois environ

Sandra Cauwenberghs et Lenny Van Steenhuyse ,de KBC Securities ("acheter" ; 33,5 euros), estiment à environ trois mois le délai supplémentaire.

Ils rappellent que le Myring avait déjà fait l’objet de demandes d’informations complémentaires dans le chef de la FDA fin 2018 et qu’ils avaient déjà, à ce moment-là, pris une attitude plus conservatrice sur cet anneau contraceptif.

Cette fois, les infos additionnelles requises sont moins substantielles. Elles devraient être fournies avant la fin de l’année, avec un feu vert potentiel début 2021. Pour les deux analystes, la valorisation de Mithra repose en grande partie sur la pilule contraceptive Estelle (23 euros l’action) pour laquelle ils anticipent des autorisations de mise sur le marché aux États-Unis et en Europe au cours du premier semestre 2021.

Targets réduits

34
euros
Degroof Petercam a réduit son objectif de cours à 34 euros, contre 37 euros avant.

Benoit Louage, de Degroof Petercam ("acheter"), est plus circonspect. En raison de la visibilité limitée concernant le délai imposé, il table sur des ventes aux États-Unis à partir de 2022. Son taux de succès passe de 90% à 81% dans l’attente du feedback de la FDA après réception des infos complémentaires. Dans la foulée, il a réduit son objectif de cours à 34 euros, contre 37 euros avant.

Pour sa part, Loïc De Smet, de Kepler Chevreux, estime le Myring à 7% de la somme des parties de la valorisation. Il reste à l’achat sur l’action mais a décidé de raboter son target de 1 euro pour le porter à 34 euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés