Publicité

Mithra va produire le traitement anti-covid d’ExeVir à Flémalle

Depuis juillet, le site de Flémalle de Mithra dispose d’une nouvelle unité de production agréée. ©Valentin Bianchi / Hans Lucas

ExeVir et Mithra ont conclu un accord pour le conditionnement, à Liège, des nanocorps anti-covid d'ExeVir, qui viennent de montrer un effet contre le variant Delta.

Lancée il y a un peu moins d’un an, ExeVir progresse plutôt vite: deux jours après avoir dévoilé l’efficacité in vitro de son candidat médicament contre les variants Delta et Gamma du Covid-19, la biotech gantoise a annoncé, ce jeudi, un accord de collaboration avec la firme pharmaceutique liégeoise Mithra pour la production de cet anticorps dérivé du lama, dénommé XVR011.

L’anticorps XVR011 est un nanocorps, c’est-à-dire qu’il est de plus petite taille que les anticorps monoclonaux utilisés dans les traitements actuels.

Ce traitement très prometteur, et pour lequel vont débuter bientôt des premiers essais cliniques sur l’humain, sera produit dans les installations de finition et de remplissage du CDMO,  la plateforme de R&D et de production de Mithra située à Flémalle.

Une nouvelle unité de production

La direction de Mithra avait indiqué il y a quelques mois que ses installations liégeoises pourraient contribuer rapidement à la production de vaccins ou de traitements contre le coronavirus. Depuis ce mois de juillet, le site de Flémalle dispose  d’une nouvelle unité de production agréée entièrement dédiée à une production de remplissage et de finition de produits injectables liquides complexes et de produits biologiques, tant en flacons qu’en seringues préremplies ou en cartouches.

"Avec un seul produit comme un vaccin, on peut aller jusqu’à 15 millions de doses injectables."
Renaat Baes
Chief Manufacturing Officer de Mithra

"On va faire toutes les étapes de mise à l’échelle, c’est-à dire passer d’un tout petit lot vers un lot de taille industrielle", a expliqué Renaat Baes, chief manufacturing officer de Mithra. "On produira aussi un lot qui servira pour l’étude clinique et on va aider ExeVir à être prêt pour le premier trimestre de l’année prochaine pour produire commercialement. Comme il s’agit d’un produit qui est transféré, cela peut donc aller plus vite que d’habitude. Mais tout cela dépendra évidemment des autorités, qui vont suivre le développement en phase accélérée."

Selon lui, la nouvelle ligne de production est capable de conditionner 5 millions de doses par an, mais tout dépend du portefeuille ou de la combinaison des produits. "Avec un seul produit comme un vaccin, on peut aller jusqu’à 15 millions de doses injectables", d'après le responsable de la production.

Levée de fonds de série A

Suite au succès d'une levée de fonds de série A de 50 millions de dollars conclue en mars dernier - y compris auprès d’investisseurs wallons, comme la SRIW, Noshaq et Sambrinvest -, ExeVir a accéléré le développement du XVR011 pour le traitement et la prévention potentiels du Covid-19. Le design de l’étude de phase 1b/2 vise ainsi à obtenir une homologation d’urgence ou sous conditions.

L’anticorps XVR011 est un nanocorps, c’est-à-dire qu’il est de plus petite taille que les anticorps monoclonaux utilisés dans les traitements actuels, ce qui lui permet une meilleure pénétration des tissus.  Il empêche le Covid-19 de pénétrer dans les cellules humaines et présente potentiellement un plus grand spectre d’action et une efficacité contre un large éventail de coronavirus. "Nous espérons pouvoir démontrer avec ces études cliniques que notre molécule est différenciante en termes d’efficacité", a fait valoir de son côté Fiona du Monceau, Chief Operating Officer (COO) d'ExeVir. "Si on compare par exemple à un Regeneron qui doit mettre deux molécules dans des volumes relativement importants, nous pensons aussi qu’avec une seule molécule et beaucoup moins de volume, nous avons des opportunités de produire à des coûts plus restreints. Mais cela reste des médicaments biologiques."

ExeVir est une spin-off du Vlaams instituut voor biotechnologie (VIB). Elle est dirigée par Torsten Mummenbrauer, un docteur en virologie allemand passé par GSK Morphosys, Hookipa Pharma et Velvio.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés