Normaphar crée une spin-out dans l'alimentaire

©Kristof Vadino

La petite société pharmaceutique Normaphar veut valoriser ses produits contre le cholestérol dans l’alimentation. Elle crée pour cela une spin-out en ayant recours au crowdfunding. L’objectif est d’utiliser le principe actif d’un anti-cholestérol à base d’extraits d’un champignon pour l’ajouter à un certain nombre d’aliments.

Le laboratoire Normaphar, établi à Lasne, est en train de créer une spin-out pour valoriser dans le secteur alimentaire le principe actif de son anti-cholestérol vedette, le Zeltrin.

Fondée sur pied par l’entrepreneur Guy Wyvekens et l’ingénieur biochimiste François Motte – qui en sont les deux CEO –, Normaphar est une petite société (une douzaine de personnes) spécialisée dans les maladies du métabolisme, dont le cholestérol, le syndrome du foie gras (la Nash) et l’ostéopénie. Des maladies qui ne se guérissent pas, mais pour lesquelles il est possible d’améliorer le quotidien des patients et de mettre en place des mesures de précaution pour éviter qu’elles ne dégénèrent en pathologies graves.

Le produit phare de l’entreprise est le Zeltrin, un anti-cholestérol à base d’extraits d’un champignon, le pleurotus ostreatus, qui ne développe aucune mycotoxine dangereuse. Un complément alimentaire qui génère environ 600.000 euros de chiffre d’affaires en Belgique et qui commence à être distribué sur le marché français, où une filiale a été créée.

Son principe actif est aussi efficace contre le cholestérol que celui des produits à base de levure rouge de riz, qui sont sur la sellette au sein du monde médical à cause de leurs effets indésirables.

Un brevet européen

"Le Zeltrin de son côté, ne produit aucun effet secondaire de type myalgique" fait valoir Guy Wyvekens. "Il est efficace à la fois sur le cholestérol endogène et exogène. Nous sommes les seuls à le produire puisque nous avons un brevet européen et que tous les autres sont sur la levure rouge de riz. Des études de terrain ont été menées avec 500 patients. Les résultats sont magnifiques. Nous nous sommes dit que nous pouvions aussi l’utiliser dans l’alimentation. D’où la création de notre spin-out" poursuit l’entrepreneur.

La nouvelle société, qui sera dirigée par Guy Wyvekens, s’appelle (provisoirement?) NFPC (Neutraceutical food patent company). Elle est en train de lever des fonds via la plateforme de crowdfunding Spreds. "On vient de démarrer la levée de fonds. On a besoin de 250.000 euros", ajoute encore Guy Wyvekens. "Notre poudre de pleurote peut être ajoutée à différents aliments. On a commencé avec le beurre. Nous sommes en pourparlers avec une grosse laiterie belge, qui aura l’exclusivité pour produire un beurre n’entraînant pas de cholestérol. Ensuite, on compte s’étendre à d’autres produits comme la mayonnaise, les hamburgers, les crèmes glacées… Pour les grandes marques, ce sera un avantage commercial et un outil marketing puissant."

Ex-Pharco

Guy Wyvekens et François Motte ne sont pas des inconnus dans le secteur pharma. Ils étaient les créateurs de la société bruxelloise Pharco, spécialisée dans la mise au point de médicaments naturels. Les activités de Pharco ont été revendues en deux temps à Marc Coucke, qui a d’abord racheté en 2013 via Omega Pharma le produit phare Arterin (à base de levure rouge de riz). Deux ans plus tard, Coucke a racheté le reste du portefeuille de produits disponibles en pharmacie – comme FlexiPure – via son holding Alychlo pour 10 millions d’euros. Des produits aujourd’hui disponibles via Ceres Pharma.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect