Noshaq investit dans une biotech allemande spécialisée dans l'arthrose

L'arthrose est une des maladies les plus typiques du troisième âge. ©BELGA

L'allemand GeneQuine Biotherapeutics a levé 9 millions d'euros pour combattre l’arthrose et la dégénérescence des disques intervertébraux. Noshaq a participé.

L'invest public liégeois Noshaq a participé à une levée de fonds de 9 millions d'euros réalisée par GeneQuine Biotherapeutics, une biotech allemande qui développe des traitements novateurs contre l'arthrose et la dégénérescence des disques intervertébraux. Située à Hambourg, l'entreprise exploite également un site de R&D dans la région de Berlin et a créé une filiale à Liège en 2020, où elle a engagé du personnel supplémentaire.

9 millions
d'euros
La levée de fonds réalisée par GeneQuine Biotherapeutics s'élève à 9 millions d'euros et comprend 3,65 millions d'euros de financement non-dilutif sous forme d'aides.

Une affection chronique

Cauchemar des personnes âgées, l’arthrose est une des maladies les plus typiques du troisième âge, même si elle touche parfois les adeptes de certains sports intenses ou les personnes en surpoids. Cette affection chronique se manifeste par des douleurs causées par une usure anormale du cartilage et de l’ensemble de l’articulation. Elle peut devenir très invalidante et déboucher sur des opérations chirurgicales en cas de gêne trop importante.

Une seule injection locale pourrait remplacer avantageusement l'administration fréquente de médicaments.

Alors que la science a fait des avancées spectaculaires contre les cancers depuis deux décennies, le traitement de l'arthrose, de son côté, stagne largement et plusieurs sociétés pharmaceutiques ont dû jeter l'éponge. Il n’existe pas de traitement curatif, même si certains remèdes permettent de retarder la destruction du cartilage, mais juste pour certaines articulations.

GeneQuine Biotherapeutics ne désespère pas de changer la donne: elle développe un procédé de thérapie génique utilisant un adénovirus dépendant pour modifier les tissus ou organes devant être traités, afin qu’ils puissent produire eux-mêmes et localement les protéines thérapeutiques qui leurs sont nécessaires. Une seule injection locale pourrait remplacer avantageusement l'administration fréquente de médicaments.

Vers une étude clinique de phase 1

L'entreprise possède un premier candidat traitement, actuellement au stade de développement préclinique, pour le traitement local de l'arthrose. Grâce aux fonds levés, elle entend lancer un essai clinique de phase 1.

Elle développe également d'autres thérapies géniques à base d’un vecteur pour le traitement de la dégénérescence des disques intervertébraux, l'une des principales causes de la lombalgie chronique. Dans le conseil scientifique de la société, on retrouve le professeur Yves Henrotin, un spécialiste de l'arthrose de l'ULiège.

La levée de fonds, qui comprend 3,65 millions d'euros de financement non-dilutif sous forme d'aides, a été mené par Pacira BioSciences, une société pharmaceutique américaine spécialisée dans la gestion de la douleur sans opioïdes. Parmi les autres investisseurs, outre Noshaq, figurent High-Tech Gründerfonds, qui avait déjà investi dans GeneQuine, ainsi que Samum Vermögensverwaltung.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés