Novasep Belgique va fournir des vecteurs viraux à la biotech française Sensorion

Cédric Volanti, président de la Business Unit Biopharma Solutions de Novasep. ©Kristof Vadino

Les deux sites wallons de Novasep vont développer et fabriquer des produits de thérapie génique pour une biotech de Montpellier qui s'attaque à la surdité.

Bonne nouvelle pour les sites belges de Novasep: le groupe français de services et de technologies pour les industries chimiques et des sciences de vie a signé un accord de développement et de fabrication de produits de thérapie génique avec une biotech de Montpellier, Sensorion. Un projet qui concernera les deux implantations wallonnes de Novasep, à Gosselies et à Seneffe, nous a confirmé Cédric Volanti, président de la Business Unit Biopharma Solutions de Novasep. L'accord a d'ailleurs été passé au nom d'Henogen, la start-up du Biopark de Gosselies reprise en 2009 par le groupe français.

Cotée sur Euronext Growth à Paris, Sensorion, qui vient de lever 31 millions, est positionnée sur le segment encore peu exploré des pertes d'audition. Elle a une petite molécule en phase 2 d'essais cliniques qui s'adresse à la perte auditive neurosensorielle soudaine et possède un pipeline de thérapies géniques.

Surdité congénitale

Le contrat signé avec Novasep concerne l'une de ces thérapies en développement préclinique qui ciblent un gène codant entraînant une surdité congénitale sévère à profonde. Selon les termes de l'accord, Novasep aura en charge le développement de procédé et la production (culture cellulaire, purification, distribution aseptique et contrôle qualité) de deux virus adéno-associés, une étape clé pour les programmes de thérapie génique de Sensorion. Les sites belges devront fournir à la société de Montpellier des lots de produit fini pour alimenter ses études précliniques et cliniques.

"On ne veut pas être uniquement une CDMO qui fait du commercial sur des process bien établis.".
Cédric Volanti
Président de la Business Unit Biopharma Solutions de Novasep.

Selon Cédric Volanti, l'accord ne débouchera pas sur l'engagement de personnel supplémentaire par Novasep en Belgique, l'entreprise étant d'ailleurs toujours en train de recruter des spécialistes et des techniciens en vue de produire à Seneffe la substance active du vaccin du groupe britannique AstraZeneca. En revanche, a souligné le manager, "il s'agit d'un contrat très stratégique, qui démontre que Novasep, au-delà de l'activité qu'elle effectue avec les grands laboratoires, notamment nord-américains, est toujours capable d'attirer - comme cela a été le cas en mai avec la biotech Lysogene - des start-ups prometteuses, avec des produits très innovants, pour le développement du procédé et la fabrication des premiers lots cliniques. On ne veut pas être uniquement une CDMO (une société de services dans la pharma, ndlr) qui fait du commercial sur des process bien établis".

250
Collaborateurs
Des deux sites belges de Novasep, c'est celui de Seneffe qui est le plus important, avec environ 250 collaborateurs, un chiffre qui continue d'augmenter.

Des deux sites belges de Novasep, c'est celui de Seneffe qui est le plus important, avec environ 250 collaborateurs, un chiffre qui continue donc d'augmenter. Seneffe abrite toutes les opérations de production commerciale de médicaments à base de vecteurs viraux  dans un nouveau bâtiment (Senrise-IV), les activités consacrées à la formulation et au flaconnage stérile (Senefill) ainsi que les opérations de contrôle qualité. Le site de Gosselies regroupe le management, la R&D et la production clinique, soit 100 à 120 personnes.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés