Novasep vend ses deux sites wallons pour 725 millions d'euros

Le site de Novasep à Seneffe, où est produit le principe actif du vaccin d'AstraZeneca.

Novasep cède ses sites de Seneffe et de Gosselies au géant américain Thermo Fisher Scientific pour environ 725 millions d’euros. C'est à Seneffe qu'est produit le principe actif du vaccin d'AstraZeneca.

Nouvelle opération XXL dans le secteur biopharmaceutique en Wallonie : Novasep, le groupe français de services et de technologies pour les industries chimiques et des sciences de la vie a annoncé, ce vendredi, la vente de la société Henogen, c'est-à-dire son unité de développement et de production de vecteurs viraux basée à Seneffe et à Gosselies. Montant de l'opération : environ 725 millions d’euros, la deuxième transaction la plus importante dans l'histoire de la biotech au sud du pays. L'acheteur est le groupe américain Thermo Fisher Scientific, un géant de l'équipement médical et des services dans le domaine des sciences du vivant.

400
employés
Les deux unités comptent environ 400 employés, pour un chiffre d’affaires estimé à 80 millions d’euros en 2020.

Le site de Seneffe comptait fin octobre plus de 250 collaborateurs, un chiffre qui ne cesse d'augmenter. Il abrite toutes les opérations de production commerciale de médicaments à base de vecteurs viraux dans un nouveau bâtiment (Senrise-IV), les activités consacrées à la formulation et au flaconnage stérile (Senefill) ainsi que les opérations de contrôle qualité. C'est sur ce site qu'est produite la substance active du vaccin contre le Covid-19 du groupe britannique AstraZeneca, qui devrait être approuvé dans l'Union européenne fin janvier. Le bâtiment de Gosselies regroupe de son côté le management, la R&D et la production clinique.

Les vecteurs viraux sont employés pour introduire une information génétique dans les cellules d'un patient. Utilisés dans les vaccins, ils sont aussi devenus le mode d'administration privilégié des thérapies géniques. Ils constituent une révolution en matière de santé.

Première spin-off

Les deux sites belges de Novasep comptent environ 400 employés, pour un chiffre d’affaires estimé à 80 millions d’euros. Première spin-off de l'ULB installée sur l'Aéropole de Charleroi, Henogen avait été rachetée en totalité par le groupe français en 2009.  Cédric Volanti, qui dirige les deux sites wallons, reste en place avec le titre de vice-président et directeur général de l’unité Viral Vector Services, Europe au sein de Thermo Fisher Scientific.

Un groupe international

Basé dans le Massachusetts, le groupe Thermo Fisher Scientific affiche un chiffre d'affaires annuel excédant les 25 milliards de dollars. Il emploie plus de 75.000 personnes dans le monde et est coté au NYSE. Bien que français, Novasep est pour sa part majoritairement détenu pas des fonds américains.

Cette transaction confirme le dynamisme de plusieurs sociétés du sud du pays dans le domaine des thérapies géniques et cellulaires. En février 2020, la biotech carolo MaSTherCell, qui connaît elle aussi un développement important en termes d’emplois et de chiffre d'affaires, a aussi été rachetée par un groupe américain, Catalent, pour 315 millions de dollars.

Toutes ces sociétés sont nées et ont grandi dans le Biopark de Gosselies, avant d'essaimer ailleurs pour certaines d'entre elles.

De son côté, Univercells, créée à l'origine pour fabriquer des bioréacteurs disruptifs pour la production de vaccins bon marché, a également décidé de se lancer dans la production de vecteurs viraux. L'entreprise a créé pour cela une filiale, Exothera, qui est en train de construire des installations de production à Jumet.

Enfin, iTeos Therapeutics, spécialisée dans les traitements par immunothérapie contre le cancer, a fait cet été son entrée sur le Nasdaq après avoir procédé à une grosse levée de fonds. Toutes ces sociétés sont nées et ont grandi dans le Biopark de Gosselies, avant d'essaimer ailleurs pour certaines d'entre elles. Henogen, Catalent et Exothera sont des CDMO, c’est-à-dire des sociétés pharmaceutiques qui développent et fabriquent du matériel à façon pour d'autres entreprises. iTeos de son côté travaille à la mise au point de traitements.

Manager des deux sites wallons, Cédric Volanti reste en place, avec un nouveau titre au sein du groupe américain. ©Kristof Vadino

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés