Patrick Florent (GSK): "Nous avons engagé une centaine de personnes pour fabriquer l'adjuvant pour le vaccin contre le Covid-19"

Patrick Florent assure que le site de Wavre n'a pas dû abandonner la production d’autres vaccins pour produire ses adjuvants pour le vaccin Covid. ©GSK

Comment GSK s'est-il organisé pour fabriquer à Wavre l'adjuvant pour le vaccin contre le Covid-19? Les explications de Patrick Florent, administrateur délégué de GSK Vaccines.

Combien de personnes vont travailler à Wavre sur la fabrication de l’adjuvant?

Nous avons engagé pour cette production spécifique une centaine de personnes, toutes spécialement affectés à cette tâche. Il s’agit d’ouvriers, de techniciens de production, plus quelques personnes pour les laboratoires de contrôle de qualité.

Est-ce que vous avez dû abandonner la production d’autres vaccins?

Non. Il s’agit de la première partie de la fabrication de l’adjuvant. Nous avons essayé d’utiliser au mieux notre réseau de production à travers le monde pour produire cet adjuvant sous forme de vrac et ensuite le répartir en flacons, sans pour autant diminuer le reste de nos activités. A Wavre, il s’agit donc de quelque chose qui vient en plus de ce que nous faisons d’habitude. Nous n’avons pas détourné de capacités de production d’autres vaccins. Il s’agit d’une ligne de production dédiée à cela, qui est très spécifique.

Quelle proportion d’adjuvant le site de Wavre va-t-il fabriquer au sein du groupe?

Une grosse partie. Nous avons pris la décision stratégique au début de la pandémie de produire d’ici fin 2021 un milliard de doses d’adjuvant. C’est énorme. Mais on peut le faire, car nous avions en place tous les équipements dans le cadre d'un plan de sécurité en cas de pandémie. Ce que nous avons fait, c’est activer ce plan.

GSK a un plan social en cours. Au final, où vous situez-vous en nombre d’emplois?

Sur les deux sites de Wavre et de Rixensart, nous sommes un peu plus de 9.000. La production et le contrôle de qualité représentent environ 50% de ce total, le reste c’est la R&D, ainsi que ceux qui ont un rôle plus global, Wavre étant également le QG mondial de la division Vaccins. Le plan social n’a pas touché les activités de production. Les personnes touchées par le plan social étaient du côté des fonctions support. C’est pour cela que nous avons été amenés à recruter à l’extérieur. Il n’y a pas eu de rotation interne.

La technologie des adjuvants date du début des années 90. Est-elle toujours bien adaptée aux nouveaux virus?

Bien sûr. Cette technologie est une des grandes valeurs ajoutées de GSK dans la fabrication de vaccins. C’est le cas par exemple avec le vaccin contre le zona, qui va être lancé très prochainement en Belgique. Il va permettre d’arriver à 97% d’efficacité chez les personnes âgées. Cela n’a jamais été vu avant en vaccinologie. Cela reste une technologie de pointe. Aujourd’hui, tous les grands fabricants de vaccins ont des programmes de développement d’adjuvant.   

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés