Les biotechs de Charleroi créent des centaines d'emplois

MaSTherCell est en train de démultiplier la taille de ses installations existantes grâce à une extension de 5.700 m² à Gosselies.

Quatre entreprises actives dans la bioproduction ont des plans de développement importants qui nécessitent le recrutement de nombreux profils. Trois cents postes sont à pourvoir dans les douze mois. Et ce n’est qu’un début.

Bonne nouvelle pour la région de Charleroi: le BioPark, qui regroupe plus de 80 acteurs de la biotechnologie et de la biopharmacie implantés dans le bassin de la métropole, engage massivement. Afin de poursuivre leur expansion, plusieurs entreprises de ce pôle wallon des sciences du vivant se préparent en effet à recruter quelques centaines de collaborateurs. "Sur les douze prochains mois, on peut estimer  le nombre de personnes à engager à environ 300 pour les quatre grands acteurs de la bioproduction", se réjouit Florence Bosco, la CEO de BioPark Dev, la coupole qui gère le pôle carolo des sciences du vivant. Mais plusieurs de ces entreprises ont des plans de développement et d’engagements qui vont au-delà, sur trois ans. A cela, il faut encore ajouter les recrutements dans la recherche et le développement dans les autres entreprises.

La bioproduction dont fait état Florence Bosco est quelque part le nouveau Graal de la pharmacie. Il s’agit de la fabrication de produits de santé d’origine biologique et biotechnologique: anticorps monoclonaux, protéines recombinantes, immunothérapies, vaccins… Ces "biomédicaments" sont en plein essor car ils permettent de soigner des maladies jusqu’ici incurables. Or, ce qui était encore une niche il y a une quinzaine d’années est en train de devenir un segment majeur de la pharmacie.

Des profils variés

Plusieurs entreprises du BioPark participent au développement et à la production de ces médicaments innovants, qui réclament des processus de fabrication de pointe et de nouvelles capacités. Elles sont ce qu'on appelle des CDMO (Contract Development and Manufacturing Organization), c’est-à-dire des sociétés de sous-traitance pharmaceutique qui assurent de la production pour d’autres laboratoires. Et c’est là qu’intervient la seconde information réjouissante: les emplois proposés ne sont pas uniquement des postes taillés sur mesure pour des scientifiques bardés de diplômes. "Nous sommes dans une phase de recrutements permanents, avec des profils de tous ordres: des opérateurs, des techniciens de laboratoire et de production, en passant par des project managers et des responsables qualité", fait valoir Cédric Volanti, qui dirige la business unit Biopharma Solutions du groupe français Novasep. "Nous sommes dans la totalité de la gamme des métiers qui existent dans l’industrie de la biotech et de la pharmacie. Nous avons aussi un département technique composé d’ingénieurs et dédié à la croissance du site."

"Nous sommes dans une phase de recrutements permanents, avec des profils de tous ordres."
Cédric Volanti
Président Biopharma Solutions chez Novasep

Novasep a en effet signé récemment un accord historique avec le géant pharmaceutique AstraZeneca pour fabriquer pour l’Europe la plus grosse partie de la substance active du vaccin contre le Covid-19 que développe le géant pharmaceutique. Cette fabrication se fera sur le site belge de Novasep, à Seneffe. Près d'une centaine de nouveaux emplois vont être créés rapidement, sans compter les 45 postes ouverts au sein des autres activités de la société.

MaSThercell, champion de la création d'emplois

La société qui semble offrir les perspectives les plus importantes en termes de recrutement est toutefois MaSTherCell, récemment acquise par l’entreprise américaine Catalent. Spécialisée dans l’industrialisation et la production de thérapies cellulaires, MaSTherCell est en train de démultiplier la taille de ses installations existantes grâce à une extension de 5.700 m² à Gosselies. Quelque 300 emplois sont à pourvoir à un horizon de 3 ans.

300
emplois
Quelque 300 emplois sont à pourvoir en trois ans chez MaSThercell.

Non loin de là, Delphi Genetics a déjà quadruplé ses capacités de production pour répondre à une demande très forte. Cette entreprise présidée par l'entrepreneur François Blondel a mis au point une technologie originale pour produire de l'ADN plasmidique et des protéines recombinantes pour les thérapies géniques. "L'année dernière, nous avons engagé en moyenne une personne tous les quinze jours" souligne Cédric Szpirer, fondateur et directeur scientifique de l'entreprise. "Nous sommes 35 et nous avons encore une dizaine d'engagements prévus. Cela sans compter un projet de développement d’un traitement contre le Covid-19" qui selon lui débouchera sans doute "sur d'autres emplois nouveaux".

La quatrième CDMO qui recrute est Univercells, une entreprise qui affiche également de solides ambitions. La société, qui s’est positionnée sur la fabrication de vaccins à bas prix, a signé une collaboration stratégique avec deux entreprises européennes pour le développement et la fabrication d’un vaccin contre le Covid-19. Le fondateur et CEO Hugues Bultot a évoqué à cette occasion la création de plusieurs dizaines d’emplois par Univercells et sa filiale Exothera, sur leur nouveau site de Jumet.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés