Pour la biotech KiOmed Pharma, la deuxième fois sera la bonne

Houtaï Choumane (à gauche) et François Blondel, respectivement CEO et président de KiOmed. ©Anthony Dehez

À cause de la pandémie, KiOmed, la filiale biomédicale de Kitozyme a dû repousser d'un an et demi le lancement de son gel innovant contre l'arthrose. Elle en a profité pour préparer les prochaines étapes.

Si la pandémie de coronavirus a été largement bénéfique aux fabricants de vaccins et à d'autres sociétés du secteur médical, elle a parfois en revanche affecté négativement certaines entreprises biopharmaceutiques. En cause: le report des opérations non essentielles, les retards dans les études cliniques ou dans certains cas, la réorientation des priorités.

KiOmed Pharma, la filiale biomédicale de Kitozyme, a été victime de ces vents contraires. Fin 2019, la société liégeoise annonçait le lancement imminent de son gel à base de chitosane végétal ultrapur visant à mieux soigner l’arthrose du genou. Près de 21 millions investis, des années de développement, obtention du marquage CE et surtout, un accord de commercialisation en Europe avec un partenaire suisse: tout était fin prêt. Et puis est arrivé le coronavirus. "Le covid a complètement fermé le marché et stoppé le développement commercial de notre partenaire suisse. Les médecins n'avaient plus aucun patient!" se souvient François Blondel, le président et cofondateur de KiOmed.

"Le covid a complètement fermé le marché et stoppé le développement commercial de notre partenaire suisse".
François Blondel
Président de KiOmed Pharma

Appelé Kiomedine, le gel mis au point par KiOmed est basé sur le chitosane végétal, une molécule biodégradable synthétisée à partir de champignons. Déjà utilisé dans le domaine de la santé – contrôle du poids, digestion, cardiovasculaire – mais également dans le secteur vinicole, ce polymère végétal a également révélé d’autres propriétés étonnantes lorsqu’il était élaboré à l’état ultra pur. Notamment la capacité de remplacer avantageusement un produit utilisé depuis longtemps contre l’arthrose et dans d’autres applications, l’acide hyaluronique.

Bientôt en Belgique

Délivré sous forme d’injections, l’acide hyaluronique permet de lubrifier les articulations touchées par l’arthrose (ce qu'on appelle la viscosupplémentation), principalement le genou et dans une moindre mesure, la hanche. Mais l’efficacité de ce traitement issu de l’extraction de crêtes de coqs reste modique (40% des patients ne répondent pas) et limitée dans le temps. Le produit est également utilisé à large échelle dans le domaine de la dermatologie esthétique et en ophtalmologie, pour le syndrome de l’œil sec.

11
milliards $
Les trois marchés que vise KioMed Pharma pèsent ensemble 11 milliards de dollars.

La crise du covid ne sera bientôt plus qu'un mauvais souvenir puisque le Kiomedine devrait enfin être disponible en juin en Belgique, avant une extension à d'autres pays européens. KiOmed, qui n'a procédé à aucun licenciement pendant la crise, aura dans le même temps mis à profit la pandémie pour approfondir sa stratégie. "Nous avons repositionné la société sur les trois marchés que nous visons, qui pèsent ensemble 11 milliards de dollars", fait valoir Houtaï Choumane, le CEO de l’entreprise. "Notre produit affiche des propriétés différenciantes, notamment en termes de protection. Le chitosane peut réduire le stress oxydatif. L'idée de mettre cette molécule sur les trois marchés fait donc sens, puisqu'il s'agit de maladies dégénératives."

Des programmes de tests

"Environ 80 patients ont été traités et après une seule injection, les résultats obtenus sont vraiment excellents."
Houtaï Choumane
CEO de KiOmed Pharma

Sur l'arthrose, la biotech a compensé le report du lancement du Kiomedine – qui a été développé en tant que dispositif médical – par des programmes de tests. "On ne peut pas appeler cela formellement une étude clinique, mais nous avons distribué le gel auprès de médecins dans plusieurs centres cliniques, notamment en Belgique" poursuit Houtaï Choumane. "Environ 80 patients ont été traités et après une seule injection, les résultats obtenus sont vraiment excellents tant en termes de lubrification qu'au niveau de la réduction de la douleur. Certains de ces patients étaient victimes d'arthrose avancée, dans l'attente d'une pose de prothèse. Des patients pour lesquels l'acide hyaluronique ne fonctionne pas. Une efficacité sur six voire huit mois a été observée. On pourrait avoir une position de leader sur ce marché", estime le CEO.

Des extensions géographiques et d'indication sont attendues dans le futur.

Sur cette indication, KiOmed ambitionne éventuellement un remboursement de son produit dans les prochaines années, alors que l'acide hyaluronique n'est pas pris en charge dans certains pays comme la France, en raison de résultats insuffisants. Des extensions géographiques et d'indication sont par ailleurs attendues dans le futur. La société compte également faire une "belle annonce" prochainement. "On attire l'attention d'un grand nombre d'intervenants" se réjouit François Blondel, qui laisse entendre que d'autres nouvelles devraient suivre en dermatologie et en ophtalmologie.

Des applications médicales

Le chitosane végétal est à la base une spécialité de Kitozyme, qui est dirigée par François Blondel depuis 2013. Quelques années après son arrivée, ce dernier avait décidé de créer, avec le professeur Yves Henrotin de l’ULiège, une spin-out centrée sur les applications médicales du chitosane ultra pur. C’est ainsi que KiOmed, qui produit elle-même le Kiomedine, a vu le jour. L’actionnariat est composé pour deux tiers d’investisseurs privés, à savoir les fondateurs (Kitozyme, François Blondel, les familles Mestdagh et Montulet, ainsi que le CEO) et deux industriels de la région. Les actionnaires publics sont Noshaq, la SRIW et Gesval, le bras financier de l'ULiège.

Le résumé

  • KiOmed Pharma, la filiale biomédicale de Kitozyme, a dû postposer d'un an et demi le lancement de son gel innovant contre l'arthrose.
  • La société liégeoise en a profité pour développer les tests avec son traitement, basé sur du chitosane d'origine végétale ultra-pur. Celui-ci sera bientôt disponible en Belgique.
  • KiOmed travaille à l'extension des indications, mais aussi à l'utilisation de son produit en dermatologie esthétique et en ophtalmologie.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés