analyse

Pourquoi le marché doute d'Ablynx

©BELGA

La société gantoise Ablynx a vu son action chuter de 13% en deux séances. En cause, des doutes sur son partenariat avec AbbVie après les résultats de phase IIb de son traitement contre le rhumatisme.

Que se passe-t-il avec l’action Ablynx ? Certains investisseurs belges sont dans l’incompréhension depuis deux jours. Mardi matin, la société de biotechnologie a publié les derniers résultats pour l'étude clinique de phase IIb de son traitement contre le rhumatisme, le vobarilizumab. À première vue, les résultats sont "convaincants" selon plusieurs analystes. Sur les 345 patients inclus dans l’étude clinique, 49% de ceux qui se sont vu administrer la molécule ALX-0061 ont vu les symptômes de la maladie.

1,5 million
Plus de 1,5 million d’actions Ablynx ont été échangées mardi, soit 8 fois plus que d'habitude.

La première réaction des investisseurs est clairement positive. L’action bondit à l’ouverture des marchés, gagnant plus de 10% en moins d’une heure. Mais au fil de la séance, le titre va petit à petit effacer ses gains. Les volumes d’échange d’actions sont anormalement importants. Plus de 1,5 million d’actions seront échangées ce jour-là. Soit plus de 8 fois la moyenne des échanges sur les six derniers mois. Finalement, Ablynx a clôturé mardi soir sur une chute de 5,28%. L’action est encore davantage malmenée ce mercredi, dégringolant de 8,13% à 11,30 euros, effaçant par la même occasion plus d’un mois de gains.

Pourquoi ce changement de tendance en cours de séance? Les résultats cliniques ont-ils été mal interprétés par les investisseurs? Pas vraiment. "Le jeu de yoyo du cours passé de +12% à -5% s'explique par le score de réussite étonnamment élevé remporté par le groupe placebo (amélioration de 20% de leur situation). Ce qui a mené le doute quant à la prise de licence future ou non par AbbVie de ce produit", expliquent les analystes de "L’Investisseur" sur leur site. "Néanmoins à nos yeux, les résultats solides observés dans le groupe de patients traités avec le produit (amélioration de 50 et 70%) semblent convaincants".

Des attentes trop élevées?

Les investisseurs s’inquiètent donc de l’avenir du partenariat entre la société belge et le géant américain AbbVie. Pour mémoire, le groupe pharmaceutique doit décider d’ici la fin de l’année s’il prend une licence pour le traitement d'Ablynx. À la clé: 75 millions de dollars versés immédiatement à la biotech belge. Ce qui signifie que les frais de l’étude clinique de phase III seraient entièrement financés par AbbVie.

"Les attentes étaient très fortes vu les autres produits déjà présents sur le marché."
Rudi van den eynde
candriam

"Les attentes étaient donc très importantes", souligne Rudi Van den Eynde, Head of Thematic Global Equity et spécialiste des biotechs chez Candriam. "Il fallait que les résultats du traitement soient meilleurs que les produits déjà présents sur le marché puisque le vobarilizumab est le quatrième arrivant".

La question n’est donc pas de savoir si les résultats publiés mardi sont assez bons pour démarrer la phase III mais si cela va pousser AbbVie à prendre une licence. Certains analystes pensent que les chances d’un "non" ont augmenté, ce qui expliquerait la déconvenue des investisseurs. Ceux-ci se rappellent que le groupe américain a déjà renoncé en septembre dernier à prendre une licence pour une molécule d’une autre biotech, Galapagos. Ce jour-là, l’action avait dégringolé de 18% en une seule séance.

Pour Rudi Van den Eynde, "même si les données cliniques du vobarilizumab sont bonnes mais pas nécessairement meilleures que celles de ses concurrents, le médicament n’est pas mort". Il pense en effet qu’AbbVie va bien prendre une licence pour le traitement. Cependant, ce ne sera peut-être pas un blockbuster comme l’espère le management d’Ablynx.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés