Promethera annule son projet au BioPark et se recentre sur ses fondamentaux

Fondateur et directeur scientifique de Promethera, Etienne Sokal a repris les rênes de la société avec deux autres personnes. ©Tim Dirven

Toujours en réorganisation judiciaire, la biotech wallonne s’est allégée de ses filiales à l’étranger et a annulé la construction d’un site de production à Gosselies.

Le plan de redressement de Promethera Biosciences est ficelé. La biotech spécialisée dans la thérapie cellulaire pour les maladies du foie espère entamer bientôt sa convalescence.

Après avoir frôlé la catastrophe suite à l'annulation d'une entrée en Bourse au Japon, la société de Mont-Saint-Guibert s’était tournée, fin 2020, vers le tribunal de l'entreprise du Brabant wallon afin de demander la mise à l'abri de ses créanciers, par le biais de la procédure de réorganisation judiciaire (PRJ).

Un triumvirat

Suite à la démission d’une grande partie de l’ancienne équipe dirigeante en août 2020, un triumvirat composé du fondateur et directeur scientifique Étienne Sokal (Professeur à l’UCLouvain), d’Alain Parthoens (du fonds Vesalius Biocapital) et de Zimeng Dong, le CEO du fonds chinois Co-High Investment Management, a repris les rênes de l’entreprise. La nouvelle direction a mis à profit la période de PRJ pour restructurer la société, suivant un plan de redressement qui a été accepté par les actionnaires et présenté au tribunal de l’entreprise.  Elle s’est appuyée sur l’expertise d’un cabinet spécialisé en matière d’insolvabilité d’entreprises (DBB Defenso,  Yves Brulard) qui a fait ses preuves dans des procédures similaires  pour d’autres acteurs économiques d’envergure.

La nouvelle étude de deux ans pourrait permettre à la société de récupérer sa valeur perdue suite aux récents évènements.

Cette feuille de route doit "permettre le retournement de Promethera pour assurer son développement" selon Étienne Sokal. La société a donc élagué au niveau de ses études cliniques. Elle s’est recentrée sur l’indication la plus avancée et la plus prometteuse, l'insuffisance hépatique aiguë compliquant une maladie chronique du foie (ACLF), pour laquelle son produit HepaStem à base de cellules souches a déjà enregistré des résultats encourageants lors d’essais cliniques précédents. "C’est l’indication pour laquelle on a le plus de données et pour laquelle on a le plus de chance d’aboutir à une mise sur le marché du médicament. Cette étude de deux ans, dite de preuve de concept, coûtera une dizaine de millions. Elle permettra à la société de récupérer sa valeur perdue suite aux récents évènements, au point de devenir  une véritable opportunité pour les investisseurs" poursuit Étienne Sokal. Les autres projets, comme la stéatohépatite non-alcoolique (NASH) en stade avancé, ont été mis en veilleuse.

"On a nettoyé toute une série d’activités non essentielles pour pouvoir nous focaliser sur notre expertise, qui est le développement clinique d’un médicament."
Etienne Sokal
Fondateur et co-CEO de Promethera

Toujours pour réduire ses dépenses, la spin-off de l’UCLouvain s’est allégée de ses implantations à l’étranger. Elle a fermé la filiale créée au Japon en vue de l’IPO sur la Bourse de Tokyo, dont l’annulation a déclenché les difficultés actuelles. Elle a aussi fortement réduit le coût de sa filiale aux États-Unis (ex-Cytonet) pour se concentrer sur l’essentiel, à savoir obtenir des tissus hépatiques pour fabriquer  son médicament. Elle a également finalisé un accord avec une autre filiale, en Suisse (Baliopharm), pour s’en dégager.

Confirmer l'ancrage wallon

Enfin, le projet de construction d’un site de production au sein du BioPark à Gosselies a été abandonné. La biotech, qui compte actuellement 30 à 40 employés, restera donc sur le site Watson Crick Hill , à Mont-Saint-Guibert et ne déménagera pas à Gosselies. "On a nettoyé toute une série d’activités non essentielles pour pouvoir nous focaliser sur notre expertise, qui est le développement clinique d’un médicament ciblant des maladies du foie létales. Pour la fabrication, il y a assez de sociétés spécialisées en Wallonie pour assurer la production dans le futur, au-delà des capacités que nous avons à Mont-Saint-Guibert pour nos besoins immédiats" commente encore Étienne Sokal.  

Une levée de fonds est en phase de finalisation, qui permettra de mener à bien le nouveau plan présenté à son assemblée générale fin février.

Une levée de fonds est en phase de finalisation, qui permettra de mener à bien le nouveau plan présenté à son assemblée générale fin février. Co-High Investment Management, un fonds de gestion d'actifs de Hong Kong, qui avait déjà mis la main au portefeuille par le passé, reste de la partie. L’entreprise a également confirmé son ancrage belge et wallon.  Avec le soutien du ministre wallon de l'Économie, Willy Borsus, la SRIW, Invest.BW et Sambrinvest, se sont mobilisés, pour des montants qui ne sont pas encore publics. Les actionnaires privés qui étaient hésitants, après l’échec de l'introduction en Bourse de Tokyo, et à la suite du couac du mois d’août, sont aujourd’hui prêts à participer, ayant repris confiance dans le nouveau plan de développement clinique. On devrait donc retrouver des acteurs comme Fund+, garant de la qualité du nouveau projet, ainsi que d’autres investisseurs  en biotech connus. 

Les PRJ, une opportunité

"Il n’y a jamais eu de mise en question de l’aspect scientifique  ni du potentiel du produit", conclut Etienne Sokal. "Nous gardons le soutien des Key opinions leaders et des médecins hépatologues qui suivent ces patients tant en Europe qu’en Asie et aux USA. C’est ce qui nous a permis de convaincre que l’entreprise valait la peine d’être sauvée. Les PRJ ont parfois mauvaise presse, mais elles sont au contraire une opportunité, pour un entrepreneur confronté à une crise, d’affronter la fatalité et de trouver des solutions. Les juges sont là pour sauver l’entreprise, si celle-ci se remet suffisamment en question et présente un plan convaincant permettant le remboursement des créanciers, le maintien de l’activité et in fine le développement économique".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés