Thomas Lienard, président de la medtech Antigon

Thomas Lienard a dirigé Bone Therapeutics pendant un peu plus de quatre ans. ©Tim Dirven

L’ancien CEO de Bone Therapeutics préside depuis début juillet le conseil d’administration d’Antigon, une jeune spin-off de l’ULB spécialisée dans la sécurisation des transfusions sanguines.

L’ancien CEO de Bone Therapeutics Thomas Lienard a été nommé début juillet à la présidence du conseil d’administration d’Antigon, une jeune entreprise de technologie médicale située dans le Biopark de Gosselies. Créée en 2016, la petite société est une spin-off de l’ULB qui a développé un dispositif permettant, lors de transfusions sanguines, de vérifier facilement et rapidement la compatibilité du groupe sanguin du patient et de la poche de sang à transfuser.

Les investisseurs initiaux d’Antigon sont Sambrinvest, le fonds Theodorus de l’ULB et quelques business angels. Elle a été refinancée tout récemment. "Comme la société évolue et grandit, elle cherchait à amener d’autres compétences et à avoir également un président de son conseil d’administration", nous a expliqué Thomas Lienard. "Le développement avance et la commercialisation du dispositif devrait se faire en 2021 ou 2022, en tout cas dans un laps de temps relativement court."

"La commercialisation du dispositif devrait se faire en 2021 ou 2022."
Thomas Lienard
Nouveau président du CA d'Antigon

Le CEO d’Antigon est Thierry Baltus, qui a réalisé une grande partie de sa carrière au sein du groupe Baxter. Celui-ci a fondé la société avec les professeurs Francis Corazza et Hanane El Kenz, du laboratoire hospitalier universitaire LHUB-ULB.   Le dispositif développé combine une identification électronique classique – avec des codes barres – avec un petit appareil portable qui analyse la compatibilité des gouttes de sang du receveur avec celles provenant de la poche à transfuser. "Il peut arriver qu’électroniquement tout soit correct, mais qu’à la base, on se soit trompé de patient quand on a vérifié son groupe sanguin, en prenant par exemple un patient dans un autre lit, ce qui génère un bug au départ et peut avoir des conséquences très fâcheuses. Ici, on va pouvoir vérifier en deux à trois minutes la compatibilité, grâce à une analyse de sang", souligne encore Thomas Lienard. Certains pays comme la France appliquent déjà ce genre de contrôle, mais avec des techniques plus archaïques.

Administrateur indépendant

Ingénieur de gestion (Solvay) et détenteur d'un MBA (Harvard), Thomas Lienard a démarré sa carrière chez McKinsey en tant que consultant, avant de passer plusieurs années chez Eli Lilly. Il avait succédé à Enrico Bastianelli à la tête de Bone Therapeutics en octobre 2016. Il a dirigé la biotech carolo pendant un peu plus de quatre ans, avant de céder le témoin à Miguel Forte au 1er janvier dernier. L'ancien CEO indique avoir mené plusieurs projets de consultance ces derniers mois et vient également d'être nommé comme administrateur indépendant chez Wishbone, une medtech de la région liégeoise spécialisée dans les substituts osseux pour les applications dentaires.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés