Un coup de pouce wallon de 9,4 millions d'euros pour Novadip

L'aide de la Région wallonne doit permettre à Novadip de développer des protocoles en vue d’une étude clinique de son traitement NVD-003, qui sera menée majoritairement aux Etats-Unis. ©Tim Dirven

Le gouvernement wallon a octroyé à Novadip deux avances récupérables pour soutenir le développement d'un traitement de la pseudarthrose du tibia, une maladie pédiatrique rare.

Réparer le tibia d’un jeune patient grâce à l’implant d’un greffon osseux, c'est le traitement que développe Novadip Biosciences. En septembre dernier, cette spin-off de l'UCLouvain et des Cliniques universitaires Saint-Luc présentait en première mondiale la pose d'un implant tissulaire en 3D de plus de 18 cm3 sur un petit garçon de 5 ans atteint de pseudarthrose congénitale du tibia.

5,7
millions €
Pour soutenir les prochaines phases de développement de son traitement NVD-003, Novadip vient de se voir accorder une avance récupérable de 5,7 millions d'euros.

Pour soutenir les prochaines phases de développement de son traitement NVD-003, Novadip vient de se voir accorder par le gouvernement wallon une aide, sous forme d'avance récupérable, de 5,7 millions d'euros. Le NVD-003 est une thérapie cellulaire expérimentale autologue (à partir de cellules-souches puisées chez le patient lui-même) de la pseudarthrose congénitale du tibia. Cette maladie rare et invalidante, caractérisée par une fracture du tibia qui ne guérit pas, touche principalement les enfants.

L'aval de la FDA

"Cette aide sera dédiée au développement de protocoles en vue d’une étude clinique qui sera menée principalement aux Etats-Unis. Nous pourrions aussi ouvrir un ou deux centres d’étude clinique en Belgique, sous couverture de la FDA américaine", précise Denis Dufrane, CEO de Novadip.

"Cette aide sera dédiée au développement de protocoles en vue d’une étude clinique qui sera menée principalement aux Etats-Unis."
Denis Dufrane
CEO de Novadip Biosciences

L'entreprise a en effet obtenu en septembre du régulateur américain le statut de maladie pédiatrique rare et la désignation de maladie orpheline pour le NVD-003 concernant le traitement de la pseudarthrose congénitale du tibia. "Cette maladie a toujours été parmi les plus difficiles à traiter pour les spécialistes de l'orthopédie. Même après plusieurs traitements chirurgicaux visant à fusionner l'os fracturé, la restauration du tissu osseux sain est entravée et la probabilité qu'une fracture se reproduise est élevée", souligne Denis Dufrane.

Traitement allogénique

Avec ce soutien financier, Novadip espère pouvoir étendre sa famille de produits et envisager un accès rapide au marché de la pseudarthrose congénitale du tibia avant de s’attaquer à d’autres indications.

Ce n'est pas tout. Le gouvernement wallon a aussi débloqué un autre avance récupérable de 3,7 millions d'euros pour aider Novadip à développer un nouveau produit, le NVD-X3, une matrice acellulaire qui est un dérivé direct du NVD-003. Cette poudre allogénique, autrement dit prélevée sur des donneurs sains dont les cellules sont "reprogrammées" en laboratoire, peut être produite à grande échelle et donc proposée comme traitement de première ligne dans une large population de patients. L'objectif du programme est de permettre le développement clinique de ce produit d’ici 2 ans.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés