Un gros lifting pour le centre hospitalier Epicura

©BELGA

Quatrième employeur du Hainaut, le centre hospitalier Epicura se lance lui aussi dans une rénovation de ses trois sites. Un investissement de 130 millions d’euros, sur fond de synergies avec d’autres groupes de la région.

Dans le sillage d’autres grands acteurs du secteur en Wallonie et à Bruxelles, le centre hospitalier hennuyer Epicura lance lui aussi la rénovation de ses différents sites. Les hôpitaux de Baudour, Hornu et Ath vont faire l’objet de travaux de modernisation et d’extension pour un montant de 130 millions d’euros. Un programme d’investissements sur 5 ans portant sur un total de 73.000 m2. "C’est à peu près les trois quarts de notre surface bâtie actuelle qui sont concernés par des modifications", a précisé vendredi François Burhin, le directeur général, devant le ministre-président wallon Willy Borsus. "Cela représente aussi un coût de 1.780 euros par m2, bien en dessous du plafond du juste prix établi par la Région wallonne, qui est de 2.806 euros par m2", a ajouté le directeur.

Créé en 2012, Epicura a fait office de précurseur en matière de regroupement en réunissant dans un seul ensemble pluraliste d’anciens concurrents d’obédiences différentes. Il est devenu le quatrième employeur du Hainaut, avec 2.500 salariés et 600 prestataires indépendants (médecins et paramédicaux) travaillant sur trois sites principaux et 5 polycliniques. Un hôpital incontournable des régions de Mons-Borinage et d’Ath, qui se veut "un groupe intégré, pas une simple holding détenant différents sites hospitaliers", selon François Buhrin. Un peu moins des trois quarts (72,5%) de ces 130 millions feront l’objet de subsides (sur 25 ans) octroyés par les pouvoirs publics, en l’occurrence la Région depuis la dernière réforme de l’État. Le reste est à charge d’Epicura.

Appelé "Crescendo", le plan d’investissement prévoit notamment l’extension des installations d’Hornu, qui est le site "aigu" de référence du groupe. La refonte du service des urgences a déjà été entamée. Hornu deviendra le pôle oncologique principal, avec une unité de 30 lits et un hôpital de jour spécialisé dans la lutte contre le cancer. Le site est aussi appelé à regrouper les unités de sommeil du pôle. De son côté, Baudour va se focaliser dans la revalidation tandis que le site d’Ath va voir plusieurs de ses unités de soins reconditionnées et bénéficiera de la construction d’un nouveau bâtiment en front de rue. Un site sera par contre fermé, celui de la polyclinique de Belœil.

Nés de la fusion de plusieurs hôpitaux, les différents centres hospitaliers hennuyers comptent pousser plus loin cette logique de réseau, a encore détaillé le directeur d’Epicura. Une centrale d’achat commune a déjà été mise sur pied avec le Centre hospitalier régional de la Haute Senne et le Centre hospitalier de Wallonie picarde (CHWAPI).

Un projet prometteur de "Logipôle" interhospitalier dans le Hainaut est par ailleurs à l’étude au sein de l’intercommunale IDEA. Il réunira sept structures majeures de la santé de la province (dont Epicura) pour mutualiser une série de fonctions transversales (stérilisation, approvisionnement, pharmacie, buanderie, le catering…). Pour certains de ces services de support, comme la buanderie, "ces sept centres ont une capacité de commande pour créer une usine ou du moins attirer un opérateur" selon François Burhin.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect