Publicité

Une biotech belge va créer des vaccins à ARN messager améliorés

Chris Cardon, fondateur et CEO de Ziphius Vaccines.

La jeune société gantoise Ziphius Vaccines travaille sur des vaccins à ARN messager de nouvelle génération, dont un contre le coronavirus. Elle lève 29 millions et veut s'étendre en Wallonie.

Utilisée pour mettre au point, en un temps record, des vaccins efficaces contre le coronavirus, la technique de l’ARN messager va ouvrir la voie à d’autres thérapies prometteuses, comme des vaccins thérapeutiques contre certains cancers ou des maladies neurodégénératives.  Mais ce n’est pas tout: une technologie d’ARN messager de nouvelle génération, dite "self-amplifying ARNm" ou ARNm auto-amplificateur ou auto-réplicatif, est déjà à l’étude.  

Plus efficace et moins onéreux

Une jeune société flamande, Ziphius Vaccines, travaille sur la base de cet ARNm 2.0  au développement de plusieurs nouveaux vaccins, dont un contre le Covid-19. Ce dernier projet n’est pas encore au stade des essais sur l’homme, mais le fondateur de l’entreprise, Chris Cardon, croit dur comme fer au potentiel de cet ARN messager amélioré.  Signe de la crédibilité de son projet, l'entrepreneur flamand, qui n'en est pas à son coup d'essai dans le secteur, vient de lever 29 millions auprès d’investisseurs privés et de fonds d'investissement pour financer sa plateforme et les futurs études de son vaccin Covid-19. Il a récolté 24 millions d’euros en capital risque, auxquels il faut ajouter un prêt convertible de 5 millions. Annie Vereecken (Argenx, Biocartis...), Christian Dumolin et Jan Haspeslagh ont joué les rôles d'investisseurs principaux de cette série A.

2
cents
Le coût de production de base d'une dose par self-amplifying ARNm est à deux cents, contre deux dollars pour les vaccins ARN actuels.

Ziphius n'en est pourtant qu'au stade des études pré-cliniques. La société ambitionne de lancer une phase I sur l'humain en janvier pour tester son vaccin contre le Covid-19, qui est son programme le plus avancé. Quand on lui objecte que ce calendrier semble un peu tardif, Chris Cardon énumère tous les avantages de cette nouvelle technologie: "Avec notre vaccin, nous ciblons plusieurs fragments du virus et pas seulement la spike protéine. Il y a une amplification qui se fait quand le produit entre dans la cellule. La réponse immunitaire est plus forte", indique-t-il, en précisant que cette méthode peut encore améliorer l’efficacité - déjà très grande - des vaccins à ARNm contre le covid.

Moins d'équipements

"Par ailleurs", poursuit-il, "là où Moderna doit utiliser 100 microgrammes par dose, on peut utiliser 1 microgramme. Cela veut dire aussi que pour produire plusieurs milliards de doses par an, ils ont besoin de 700 litres pour leurs unités de production, alors que nous ne devons produire que 7 litres. Même chose pour le coût de production de base par dose: le self-amplifying ARNm est à deux centimes, contre deux dollars pour les vaccins ARN actuels. Si on a besoin de moins d’équipements et de moins d’ingrédients, on a un avantage."

"Si on a besoin de moins d’équipements et de moins d’ingrédients, on a un avantage."
Chris Cardon
Fondateur et CEO de Ziphius

Autre élément favorable à Ziphius: la société s'est réorientée vers le variant indien du coronavirus. "Il est possible que certains vaccins actuels ne soient pas adaptés aux nouveaux variants", ajoute encore Chris Cardon. "Comme la grippe, il faudra peut-être un vaccin adapté au souches." Enfin, le futur vaccin ne devrait nécessiter qu'une dose, contre deux pour la plupart des vaccins anti-covid actuels.

Ziphius, qui tire son nom d'un dauphin rare, a été fondée en 2019. Elle s'appuie sur une technologie mise au point à l'UGent par le professeur Niek Sanders et son équipe. Sa plateforme compte une dizaine de vaccins, dont la moitié en développement pré-clinique. La liste comprend le virus respiratoire RSV, la chlamydia, la dengue, l'hépatite C ou le papillomavirus humain. L'entreprise compte actuellement 27 collaborateurs, mais engage régulièrement. Elle ambitionne de s'étendre en Wallonie pour y installer une unité de production GMP. "Nous recherchons quelque 1.000 m2", avance Chris Cardon. "Des contacts sont en cours. Liège a déjà marqué son intérêt. La Région wallonne est très active pour attirer les entreprises biotechs", fait-il observer. Ziphius a par ailleurs pris langue avec Univercells pour une éventuelle production dans quelques années. Et Chris Cardon voit loin, puisqu'il évoque une inscription ultérieure sur le Nasdaq.

"Nous recherchons quelque 1.000 m2 pour de la production GMP en Wallonie."
Chris Cardon

Une entreprise avec Marc Coucke

Pharmacien et fils de pharmacien, Chris Cardon avait débuté en créant une petite entreprise de produits sans ordonnances qui sera vendue à Omega Pharma. Il va ensuite mettre sur pied avec Marc Coucke une société de médecine vétérinaire, Ecuphar, introduite à la Bourse de Londres grâce à une fusion avec le britannique Animalcare. "Je me suis ensuite intéressé à la génétique. L’idée de créer Ziphius m’est venue après le décès de plusieurs membres de ma famille à cause de maladies orphelines", conclut-il. Lors d'un congrès, une rencontre avec le CEO de Moderna, Stéphane Bancel, finira de le persuader de poursuivre dans la voie de l'ARN messager.

Le résumé

  • La jeune société Ziphius Vaccines travaille sur des vaccins à ARN messager de nouvelle génération, dont un contre le coronavirus.
  • Le "self amplifying ARNn", sorte d'ARNm 2.0, s'annonce comme plus efficace et moins onéreux.
  • Ziphius vient de lever au total quelque 29 millions et veut s'étendre en Wallonie pour y installer une unité de production.
  • Le fondateur de l'entreprise, Chris Cardon, n'en est pas à son coup d'essai et a déjà créé une société de médecine vétérinaire avec Marc Coucke, avant de s'intéresser à la génétique.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés