Une biotech cotée à Bruxelles planche sur un traitement contre le Covid-19

Kiadis veut étendre son expertise des cellules tueuses aux maladies infectieuses. ©Kiadis

Avec le soutien de cinq institutions néerlandaises, Kiadis a lancé un programme de recherche pour lutter contre le Covid-19 à partir de sa plate-forme de cellules tueuses naturelles (K-NK).

La biotech néerlandaises Kiadis , dont l'action cotée sur Euronext Bruxelles a pris 1,84%, va lancer un nouveau programme de recherche baptisé K-NK-ID 101. Il se focalisera sur le développement de cellules K-NK (cellules dites "tueuses naturelles") comme traitement contre le Covid-19.

Ce nouveau programme marque le début d’une application plus large de la plateforme technologique K-NK comme traitement potentiel, pas seulement contre le cancer, mais aussi contre les maladies infectieuses précise la société dans un communiqué.

Kiadis s’est assurée le soutien de cinq institutions néerlandaises dont l’Erasmus Medical Center, l’université d’Utrecht et le Harbour BioMed Netherlands .

Dans le cadre de ce programme, Kiadis s’est assurée le soutien de cinq institutions néerlandaises dont l’Erasmus Medical Center, l’université d’Utrecht et le Harbour BioMed Netherlands .

"Des données significatives suggèrent que notre thérapie cellulaire K-NK-ID101 pourrait offrir un traitement unique et significatif du Covid-19."
Robert Friesen
Responsable scientifique de Kiadis

La collaboration avec celles-ci portera sur la biologie des cellules NK chez les patients atteints du Covid-19, l'élimination du virus SRAS-CoV-2 et des cellules infectées par des virus par les cellules K-NK, et les synergies entre les anticorps monoclonaux, les vaccins et les cellules K-NK.

"Des données significatives suggèrent que notre thérapie cellulaire K-NK-ID101 pourrait offrir un traitement unique et significatif du Covid-19", a souligné Robert Friesen le responsable scientifique de Kiadis.

Son CEO, Arthur Lahr, ajoute: "Nous pensons que les médicaments à base de cellules K-NK pourraient être une partie importante de l'arsenal nécessaire pour lutter contre cette pandémie mondiale. Pour soutenir notre programme, nous avons sollicité des subventions auprès du gouvernement américain."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés