Une équipe de l'ULB ouvre une voie vers de nouvelles thérapies contre les métastases

François Fuks, directeur du laboratoire d’épigénétique du cancer de l’ULB et co-fondateur d'Epics. ©BELGA

L'équipe du professeur François Fuks a réalisé une avancée majeure dans la compréhension et le traitement des métastases. La société qu'il a fondée avec Jean Combalbert, Epics, devrait en profiter.

Si la médecine réalise des progrès réguliers contre de nombreux cancers, le traitement des métastases, ces disséminations dans le corps du cancer initial, s'avère souvent beaucoup plus ardu. Les métastases sont d'ailleurs responsables de 90% des décès dus au cancer.

Depuis des années, le laboratoire d’épigénétique du cancer de l’ULB dirigé par le professeur François Fuks travaille sur de nouveaux mécanismes pour comprendre et éradiquer ces cellules cancéreuses  migrantes. Leur approche se base sur une science relativement nouvelle, l’alphabet complexe de l’ARN messager ou épigénétique de l’ARN. L’épigénétique correspond à l’étude des changements dans l’activité des gènes, n’impliquant pas de modification de la séquence d’ADN.

Une enzyme

Ces travaux de recherche fondamentale viennent de connaître une belle avancée avec la découverte du rôle joué par une enzyme, appelée FTO, dans le développement des métastases cancéreuses. Un progrès qui vient d'être publié dans la prestigieuse revue scientifique "Nature Cancer".

Les chercheurs de l'équipe de François Fuks ont démontré que l’expression de cette enzyme est réduite dans le cancer, favorisant ainsi l’apparition de métastases. Ils ont également mis en évidence un mécanisme moléculaire, jusqu’ici insoupçonné, conduisant aux métastases. Les recherches, initialement réalisées dans le cancer du sein, ont pu être étendues à plus d’une dizaine de cancers supplémentaires, tels que les cancers de la prostate, de l’utérus, ou encore des poumons.

"Il y a un appétit très clair pour ces nouvelles cibles thérapeutiques."
François Fuks
Directeur du laboratoire d’épigénétique du cancer de l’ULB.

La deuxième bonne nouvelle, c'est que cette découverte pourrait passer relativement vite du stade de la recherche fondamentale à celle d'applications en médecine. François Fuks est en effet le Chief Scientific Advisor d'Epics Therapeutics, une société de biotechnologie qu'il a fondée avec Jean Combalbert, l’ancien patron de la pépite Ogeda. Une société qui a été bâtie en grande partie sur le savoir-faire d'Ogeda et qui est chargée de développer des thérapies anti-cancéreuses inédites à partir des travaux du laboratoire de l’ULB. "Ces découvertes peuvent bénéficier à Epics" explique François Fuks, qui ajoute qu'il y a un "brevet lié à la publication dans Nature et que Epics a un lien étroit avec ce brevet".

Peu de sociétés travaillent dans le monde sur l'épigénétique et elles restent toutes au stade de la recherche préclinique. Mais l'approche s'avère plus que jamais pertinente, souligne François Fuks. "Il y a un suivi du secteur, qui continue à surfer sur la vague de l'épigénétique et montre un appétit très clair pour ces nouvelles cibles thérapeutiques", conclut-il.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés