Une étude de sécurité favorable pour Imcyse

©Imcyse

La biotech liégeoise Imcyse, qui possède une technologie d’immunothérapie disruptive, a dévoilé mardi des résultats encourageants pour son premier essai clinique sur le diabète de type 1.

La société avait lancé fin 2017 un essai clinique multicentrique de phase 1b pour le diabète insulinodépendant. "Les résultats de l’étude ont montré un excellent profil d’innocuité, ce qui était l’objectif principal de l’essai. De plus, les premiers retours cliniques sont prometteurs et des réponses immunologiques pertinentes ont été notées", s’est réjoui la biotech.

À propos des réponses cliniques, bien qu’il n’ait pas été observé de différences statistiquement significatives dans les différentes cohortes de doses, on a noté des tendances vers de meilleurs résultats dans les cohortes des plus fortes doses, selon Imcyse.

Ces résultats ouvrent la voie à de nouveaux développements.

La société a développé une technique d’immunothérapie active – une forme de vaccin thérapeutique – basée sur des peptides modifiés, appelés imotopes. Ceux-ci permettent d’induire un nouveau type de cellules (des globules blancs) qui vont aller détruire les cellules immunitaires perturbées impliquées dans divers types de maladies auto-immunes.

"Ces résultats ouvrent la voie à de nouveaux développements cliniques du IMCY-0098 (le produit candidat, NDLR) dans le diabète de type 1 et d’autres imotopes pour traiter des maladies avec un besoin clinique important", a commenté Pierre Vandepapelière, chief medical officer et ancien CEO d’Imcyse. Celui-ci a cédé récemment son siège de patron à l’allemand Thomas Taapken, issu de l’industrie des biotechnologies. Pierre Vandepapelière reste président de la société. En juin, Imcyse avait annoncé avoir levé 35 millions d’euros.


Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n