Une société du Nasdaq rachète une biotech de Gosselies

Hugues Bultot, CEO de MaSTherCell, et Vered Caplan, CEO d'Orgenesis ©Tom Verbruggen

Orgenesis, une biotech d'origine israelienne cotée au Nasdaq, lâche 24,6 millions de dollars en actions pour racheter la société de Gosselies spécialisée dans la production de cellules souches utilisées à des fins thérapeutiques. L'acquisition de MaSTherCell repreésente, pour Orgenesis, la "dernière pièce du puzzle" avant le lancement des essais cliniques de son traitement du diabète de type 1.

La valse des acquisitions dans le secteur des biotechnologies ne ralentit pas le rythme, au contraire. Liée depuis juillet 2014 à la société américaine Orgenesis par un accord de collaboration, MaSTherCell (acronyme de Manufacturing Synergies for Therapeutics Cells) passe dans son giron. Les deux entreprises ont signé le 2 mars dernier un accord prévoyant le rachat, par Orgenesis, de l'ancienne spin off de l'ULB pour un montant de 24,6 millions de dollars sous forme d'échange d'actions.

Les actionnaires de MaSTherCell reçoivent des actions Orgenesis à 0,58 dollar l'unité, soit le cours moyen de l'entreprise cotée au Nasdaq sur les 90 derniers jours. "Avec l'acquisition de MaSTherCell, notre valeur boursière passe 40 millions de dollars à 60 ou 70 millions", souligne Vered Caplan, la CEO d'Orgenesis.

Créée en 2011, MaSTherCell est spécialisée dans la production à grande échelle de "cellules médicaments" pour le compte d'entreprises spécialisées dans les thérapies cellulaires et la médecine régénérative. Basée à Gosselies, elle emploie aujourd'hui 34 personnes.

Orgenesis, une biotech créée à Tel Aviv et basée aujourd'hui dans l'Etat de New York, développe de son côté un traitement consistant à prélever des cellules du foie d'un patient diabétique et à leur "apprendre" à produire de l'insuline en lieu et place du pancréas défaillant. Utiliser les propres cellules du patient permet d'éviter le manque de matériau donneur et l'administration d'un médicament immunosuppresseur pour contrer les risques de rejet.

"MaSTherCell était la pièce du puzzle qui nous manquait. Nous voulions le meilleur partenaire possible pour nous aider à développer notre technologie au niveau industriel. MaSTherCell est une entreprise de pointe à cet égard", se félicite Vered Caplan.

L'apport de la société installée dans le Biopark de Gosselies porte sur l'échelle de production. "Nous disposions d'une technologie validée mais pas de la capacité industrielle. Les tests préliminaires sont très prometteurs, mais pour passer au stade suivant, nous devons disposer de quantités massives de cellules de foie. Nous aurions pu nous en charger nous-mêmes, mais cela aurait nécessité beaucoup de temps et d'argent. Acquérir MaSTherCell était moins onéreux", explique la patronne d'Orgenesis.

MaSTherCell restera totalement indépendante sur le plan opérationnel. En d'autres termes, les cinq autres clients qui figurent actuellement dans son portefeuille continueront d'être fournis. "Nous sommes toujours libres de développer notre propre expertise et poursuivrons donc notre développement dans d'autres domaines que le ntraitement du diabète, notamment dans l'immunothérapie", précise son CEO, Hugues Bultot. Qui voit dans cette acquisition une double aubaine pour MaSTherCell: un accès au marché américain des capitaux et la possibilité d'étendre son champ d'activité.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés