Une société française réussit à rendre la vue à un aveugle

©AFP

La société Pixium Vision a réussi à mettre au point une rétine artificielle.

Grand bonheur (suppose-t-on) pour le patient de 58 ans qui s’est vu doter d’Iris II, la rétine artificielle conçue par société française Pixium Vision .

Celle-ci a annoncé hier un premier essai clinique réussi du nouvel implant épi-rétinien Iris II. Grâce à cette technologie, des patients devenus aveugles suite à une rétinite pigmentaire, une maladie génétique et dégénérative, retrouveront la vision des formes et des mouvements. Ils pourront ainsi reconnaître des objets et s’orienter dans des environnements inconnus.

"Il a déclaré percevoir des premiers signaux lumineux."
Prof. Weber
CHU de Nantes

"Après des années dans le noir, le patient a été activé. Il a déclaré percevoir des premiers signaux lumineux et va entamer une rééducation pour apprendre à interpréter ces perceptions", a précisé le professeur Weber, chef du service d’ophtalmologie du CHU de Nantes où l’implantation a eu lieu en janvier.

Iris II possède 150 électrodes pour stimuler artificiellement la rétine déficiente. C’est trois fois plus qu’Iris I, son prédécesseur! Une courte vidéo sur le site de la société et montre à quoi ressemble le porte-électrode implanté dans l’œil du patient. Dans le cadre de l’essai clinique, selon Pixium Vision, ils seront dix à se voir implanter le nouveau modèle dans plusieurs centres spécialisés en Europe.

 

La société française prévoit un lancement commercial d’Iris II en Europe vers mi-2016, sous réserve de l’obtention du marquage CE, dont elle a déposé le dossier en décembre.

©AFP

Pixium Vision, fondée en 2012 et cotée en Bourse depuis 2014, n’est pas seule sur le marché. Elle a pour concurrentes la Californienne Second Sight et l’Allemande Retina Implant. La première commercialise déjà un implant similaire, Argus II, tandis que la seconde n’a pas encore commercialisé son dispositif. Cependant, avec ses 150 électrodes, Iris II surpasse largement la technologie américaine qui n’en compte que 60. Autre gros atout d’Iris II: sa capacité à être explanté, d’où la possibilité pour les patients de pouvoir bénéficier du remplacement ou d’une version améliorée de leur dispositif, sans dégrader la rétine.

Avec Argus II, première implantation réussie en juillet 2015, Second Sight cible la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Sur ce terrain, Pixium Vision compte débuter avant fin 2016 une étude de faisabilité chez l’homme pour son implant de nouvelle génération, PRIMA, ciblant justement la DMLA.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés