Vésale Pharma se lance dans la recherche vétérinaire

©Photo News

La société namuroise ouvre un département de R&D consacré aux probiotiques à usage vétérinaire et à l’étude de bactériophages spécifiques au monde animalier.

Vésale Pharma, la société wallonne spécialisée dans le développement de solutions microbiotiques, a annoncé lundi l'ouverture d'un département de Recherche et Développement sur les probiotiques à usage vétérinaire ainsi que sur l’étude de bactériophages spécifiques au monde animalier.
 
L'entreprise namuroise a décidé de confier la direction des recherches à usage vétérinaire à Cyrille Ngassam Tchamba, chercheur issu de l’Université de Liège et de l’Université des Sciences de la Vie de Norvège, spécialiste des maladies infectieuses et de l’utilisation thérapeutique des bactériophages. 

Le nouveau département de recherche sera logé au sein de Vésale Bioscience, la filiale du groupe Vésale Pharma dédiée à la R&D sur les bactériophages. Les bactériophages, ou phages, sont des virus qui peuvent tuer des bactéries superrésistantes. Ils sont connus de longue date, mais ce traitement a été délaissé au profit des antibiotiques. Ils connaissent un regain d'intérêt avec le développement des résistances aux antibiotiques. En Belgique, l’hôpital militaire cultive ces virus mangeurs de bactéries. 

Un projet pour les porcelets

Vésale Pharma participe déjà depuis 2017, notamment avec les Universités de Liège et Gembloux, à un important projet de Recherche appelé "PORCBIOTA". Ce projet porte sur le développement et la mise au point de suppléments "symbiotiques"  à destination des porcelets et vise à réduire de manière drastique l’utilisation des antibiotiques chez ces animaux. Un symbiotique est une solution qui combine à la fois un prébiotique et un probiotique. 
 
"Je suis convaincu, a fait valoir dans un communiqué Jehan Liénart, PDG-Fondateur de Vésale Pharma, qu’envisager l’axe de recherche de solutions alternatives aux antibiotiques par l’utilisation thérapeutique de probiotiques adaptés et/ou de bactériophages spécifiques ouvre une voie pour une médecine humaine ou vétérinaire plus que prometteuse."

Pour rappel, dans le cadre de son redéploiement stratégique entamé à l’automne 2018, Vésale Pharma avait décidé en septembre de revendre sa gamme cosmétique historique afin de relever les défis scientifiques du microbiome. 

Un segment prometteur

En Belgique et en Wallonie, les acteurs du monde de la biopharma prennent de plus en plus conscience de la vigueur du segment vétérinaire, rentable, moins risqué et peu développé. Même si la santé animale n’est qu’une goutte d’eau par rapport à l’énorme marché des médicaments pour humains, il comporte certains avantages. L'accès au marché et aux revenus est plus rapide, parce que les produits peuvent être validés plus rapidement. Et dans de nombreux pays, il existe d'énormes besoins non satisfaits, qu'il s'agisse d'animaux de compagnie ou d'élevage. 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés