Publicité

Vinventions et Innologic créent des serre-masques en bouchon

Le serre-masque en recyclat, fabriqué à partir de bouchons en bioplastique. ©doc

Inventives, l’entreprise wallonne et sa consœur flamande ont mis au point un modèle de serre-masques fait avec des bouchons synthétiques recyclés. Vendus au prix coûtant, le but n’étant pas de faire du profit sur le dos de la crise.

Parmi les initiatives d’industriels belges pour contribuer à la lutte contre le Covid-19, le cluster (réseau d'entreprises) wallon du plastique Plastiwin en signale une bien sympathique mise en place par Vinventions et Innologic. Ces deux sociétés collaborent pour fabriquer et vendre au prix coûtant des serre-masques faits au départ de... bouchons synthétiques recyclés!

L'entreprise wallonne Vinventions, anciennement Nomacorc, est spécialisée dans la production de bouchons en bioplastique (à base de canne à sucre), qu’elle commercialise sous différentes marques. Elle s’est taillé une belle place dans nombre de marchés, y compris la France où ses solutions de bouchage de bouteilles sont appréciées par l’industrie vinicole. L’entreprise flamande Innologic opère dans le domaine de l’ingénierie contractuelle pour les matières plastiques.

Des pots de fleurs aux serre-masques

Les deux sociétés coopèrent déjà depuis des années dans la collecte et le recyclage des bouchons synthétiques. Vinventions gère les collectes, essentiellement auprès d’associations sur les marchés belge et français, qu’elle rémunère pour les bouchons que celles-ci lui rapportent. Certains cavistes, comme la maison Nicolas, participent également à ces opérations de ramassage. Vinventions livre ensuite ces bouchons usagés à Innologic, qui les transforme en granulats. Ces derniers servent comme matière première pour différentes applications, telles que des pots de fleurs, des palettes, des panneaux pour clôture, etc.  

"On vient de commencer, on verra quelle sera la demande. Mais nous les vendrons au prix coûtant, l’objectif étant d’aider à gérer la crise sanitaire."
Caroline Thomas
Europen marketing & communication manager, Vinventions

Depuis une semaine, les deux partenaires ont affecté une partie de cette production de granulats à la fabrication de serre-masques. "Les masques buccaux de protection sont munis d’élastiques qu’on accroche aux oreilles", explique Caroline Thomas, qui dirige la communication chez Vinventions. "À la longue, ce mode d’accrochage provoque des douleurs aux oreilles, d’où l’intérêt d’attacher les élastiques à des serre-masques qui font le tour de la nuque."

40 à 50
tonnes
L'an dernier, Vinventions a récolté 40 à 50 tonnes de bouchons synthétiques usagés pour les faire recycler.

L’an dernier, Vinventions a collecté entre 40 et 50 tonnes de bouchons, qui ont été recyclés par Innologic. Il est encore un peu tôt pour estimer le nombre de serre-masques qui seront fabriqués au départ de ces granulats de bioplastique. "On vient de commencer, on verra quelle sera la demande", souligne Caroline Thomas. "Mais nous les vendrons au prix coûtant, l’objectif étant d’aider à gérer la crise sanitaire."

"On peut fabriquer jusqu'à 3.000 serre-masques par jour", précise Marc Thometschek chez Innologic. C’est cette dernière qui s’occupera des ventes. Les premiers clients sont des fabricants de masques, des hôpitaux et des dentistes.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés