Volition peaufine un nouveau test sanguin

©anthony dehez

La maison mère de la biotech wallonne a levé 15 millions de dollars il y a quelques mois. De quoi financer notamment le développement clinique d’un test sanguin de dépistage du cancer du poumon, pour lequel deux études sont en cours.

Si de nouveaux traitements comme l’immunothérapie sont en train de révolutionner la lutte contre le cancer, certains chercheurs concentrent leur attention sur le diagnostic, par exemple en affinant les marqueurs sanguins. C’est la voie choisie par la société Belgian Volition, dont la maison mère a levé 15 millions de dollars il y a quelques mois.

La biotech établie dans le parc Crealys à Gembloux effectue actuellement avec des partenaires asiatiques deux études pour valider un test sanguin de détection du cancer du poumon.

©anthony dehez

L’un de ces essais cliniques est mené avec le conglomérat chinois Fosun (actionnaire notamment du Club Med et d’Ageas), qui possède une division médicale. Le second est le fruit d’un partenariat avec l’université nationale de Taiwan. L’étude comporte 1.200 sujets, dont 1.000 atteints du cancer. Les premiers résultats sont attendus début 2020. "Nous sommes moins avancés en Europe, où nous sommes à la recherche d’études cliniques pour développer ces produits, admet le CEO de l’entreprise, Gaëtan Michel. Nous avons juste pour l’instant une collaboration avec le CHU de Liège, qui est extrêmement prometteuse, pour des preuves de concept sur l’humain."

Historiquement, le développement le plus avancé de la société était celui d’un test de dépistage du cancer colorectal. La biotech devait valider ce premier test dans le cadre d’une campagne nationale de dépistage de cette pathologie au Danemark. Mais le projet a pris beaucoup du retard et Volition, qui collabore également avec Taiwan dans ce domaine, est à la recherche de nouvelles études pour ce test.

Une filiale aux USA

Les tests de dépistage du cancer de l’entreprise sont issus d’une technologie basée sur des biomarqueurs (des modifications sur les nucléosomes, un assemblage de protéines et d’ADN) qui permet de détecter très tôt un cancer ciblé avec une simple goutte de sang. Une petite révolution en oncologie. "On a touché à différents cancers, comme celui du pancréas ou de la prostate, mais on focalise dorénavant sur le poumon et le colorectal. Sinon, cela part dans tous les sens", souligne encore Gaëtan Michel.

Un recentrage qui n’empêche pas la société d’avoir d’autres projets. L’un des plus prometteurs est le développement d’une activité vétérinaire aux Etats-Unis.

©anthony dehez

Belgian Volition vient en effet de mettre sur pied une filiale outre-Atlantique en collaboration avec l’université Texas A & M pour le développement de tests de détection du cancer sur les animaux. Premier marché visé: les chiens. "Il y a 55 millions de chiens aux USA, dont 4,2 millions sont diagnostiqués avec un cancer chaque année, poursuit le CEO. Il n’existe pas pour l’instant de tests de diagnostics précoces, ce qui pose un gros problème aux vétérinaires. Les Américains considèrent leur chien comme un membre de leur famille et investissent pour eux chaque année 10.000 à 15.000 dollars. Or, les nucléosomes pour les chiens sont à plus de 95% identiques à ceux de l’humain. C’est pour cela que l’on peut transférer notre plateforme dans le vétérinaire."

Une deuxième initiative se situe plus en recherche fondamentale. L’entreprise a reçu un subside de 1,23 million d’euros de la Région wallonne pour développer des diagnostics du cancer basés sur d’autres biomarqueurs (télomères), qui pourront être associés à la plateforme nucléosome.

Un placement privé

Volition est la filiale de VolitionRx (VNRX), une société américaine sans actifs locaux cotée sur le Nasdaq. C’est le site wallon qui centralise toutes les activités opérationnelles de Singapore Volition, la société faîtière créée à l’origine en Asie par des investisseurs australiens et britanniques.

"Cela porte les levées de fonds à 24 millions de dollars sur les douze derniers mois." Gaëtan Michel CEO de Belgian Volition

La maison mère a levé en mars dernier quelque 15 millions de dollars, principalement sous la forme d’un placement privé. "Cela porte les levées de fonds à 24 millions de dollars sur les douze derniers mois, conclut Gaëtan Michel. La société dispose de 23 millions en caisse. Ce qui va nous permettre de passer à travers 2021 en gardant notre rythme de cash burn. Cela nous permet d’agrandir les équipes nous serons bientôt 32 ou 33 équivalents temps plein et d’accélérer le rythme de nos développements, tant en Europe qu’en Asie ou aux USA."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n