Wyeth à peine digéré, Pfizer avale King Pharma

Pfizer a déboursé 3,6 milliards de dollars pour mettre la main sur le laboratoire King Pharmaceuticals. Cette opération devrait avoir un impact d'environ 2 cents sur le bénéfice par action de Pfizer en 2011 et 2012.

Le numéro un mondial de la pharmacie, l'américain Pfizer, qui vient de finaliser la coûteuse acquisition de Wyeth, n'en finit pas de grossir: il a annoncé mardi qu'il rachetait King Pharmaceuticals pour 3,6 milliards de dollars en numéraire. Pfizer a passé un "accord définitif" avec King Pharmaceuticals, spécialisé dans les médicaments antidouleur, mais qui comprend également une division de médicaments vétérinaires, indique un communiqué du groupe.

L'opération va se faire par l'intermédiaire d'une offre publique d'achat pour 14,25 dollars par action à partir "du cash existant" de l'entreprise, ce qui représente une prime d'environ 40% comparé au prix de clôture de King Pharmaceuticals lundi, précise le communiqué.

La transaction a été approuvée par les conseils d'administration des deux entreprises. Elle ne devrait pas avoir d'impact sur les comptes de 2010, mais "devrait avoir un impact positif d'environ 2 cents sur le bénéfice par action de Pfizer en 2011 et 2012 et d'environ 3 à 4 cents entre 2013 et 2015", note le communiqué.

Ce rachat "va apporter à Pfizer un supplément immédiat et diversifié de chiffre d'affaires", précise le communiqué, notamment grâce à une "activité de médicaments sur ordonnance focalisée sur les nouvelles formules de traitement de la douleur destinées à décourager une mauvaise utilisation ou un abus de médicaments".

Pfizer avait annoncé mercredi qu'il envisageait de vendre son activité Capsugel, qui fabrique des gélules et autres présentations médicamenteuses.
Au deuxième trimestre, le géant pharmaceutique avait publié un bénéfice en hausse de 9% sur un an, meilleur qu'attendu et assorti de ventes en forte hausse grâce à l'intégration de Wyeth.

La transaction devrait être finalisée au dernier trimestre 2010 ou au premier trimestre 2011, sous couvert de l'obtention du feu vert des autorités.
Elle devrait permettre de dégager des économies d'au moins 200 millions de dollars grâce à des synergies de gestion, de marketing et de promotion, pleinement mises en oeuvre en 2013.

Cette acquisition permettra de "créer l'un des plus importants portefeuilles d'antalgiques (...) avec à la fois des produits opiacés et non-opiacés, de même qu'un éventail de produits en développement à différents stades cliniques", souligne le communiqué.
En plus des médicaments de Pfizer contre la douleur, notamment Lyrica et Celebrex, King commercialise l'Avinza, le Flector Patch et l'Embeda.

"Nos portefeuilles respectifs dans ce secteur, où les besoins sont sans équivalent, sont hautement complémentaires", a commenté Jeffrey Kindler, PDG de Pfizer. Le marché du traitement de la douleur est en développement et les médecins aux Etats-Unis ont délivré environ 320 millions d'ordonnances d'antalgiques, selon le communiqué.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés