ZenTech cite l'Etat en référé pour des tests Covid non payés

A ce jour, ZenTech a effectué 1,25 million de tests sérologiques rapides pour l'Etat mais n'a toujours pas reçu le moindre euro. ©AFP

La société ZenTech a déjà fourni à l'Etat belge 1,25 million de tests sérologiques du Covid-19. Faute d'avoir été payée, elle intente une action en référé.

Après l'embrouillamini des masques, va-t-on vers une saga autour des tests de dépistage du Covid-19? Lassée de ne pas avoir reçu un euro pour 1,25 million de tests sérologiques déjà produits, la société ZenTech a décidé de s'adresser à la justice pour réclamer son dû.

La biotech liégeoise, invoquant une "carence fautive", intente une action en référé au tribunal de première instance de Liège. "Nous demandons simplement que l'Etat respecte les termes du contrat signé", précise Eric Poskin, porte-parole de ZenTech.

20
millions €
L'Etat a commandé 3,65 millions de tests de détection du Covid-19, pour un coût de près de 20 millions d'euros.

L'Etat belge a passé commande, mi-avril, de 3,65 millions de tests de détection du Covid-19 à la société Zentech. Dont coût: près de 20 millions d'euros. Ces tests ont été certifiés fin avril par l’Agence fédérale des médicaments  et des produits de santé (AFMPS).

L'avantage de ce test sérologique est double. Réalisé via le prélèvement d'une goutte de sang, il est rapide (15 minutes maximum). Et comme il cible à la fois les anticorps de lutte contre le Covid et les "anticorps mémoire" qui révèlent une immunité, sa fiabilité garantit un maximum de 2,5% de tests faussement négatifs.

Silence radio

Depuis la signature du bon de commande, silence radio. Une première tranche de 200.000 tests a été produite fin avril, puis 800.000 autres en mai et 250.000 fin juin. Sans que les autorités publiques donnent signe de vie.

"Comme nous n'avons aucune liste de laboratoires destinataires, nous ne sommes pas en mesure de livrer nos tests et ne pouvons donc être payés", explique Eric Poskin.

"Faute de destinataires, nous ne sommes pas en mesure de livrer nos tests et ne pouvons donc être payés."
Eric Poskin
Porte-parole de ZenTech

Début juillet, l’État fait savoir à ZenTech qu’il souhaite revoir la commande à la baisse, mais aucune proposition concrète ne vient. Jusqu'à ce lundi soir, lorsque l'entreprise liégeoise reçoit une demande de report de la proposition attendue jusqu’au 15 septembre. Révélateur, sans doute, de l'ampleur des dissensions sur l’utilisation des tests sérologiques.

C'en est trop pour ZenTech, qui affirme avoir déjà dépensé 4 millions d’euros pour honorer sa part du contrat en livrant les tests commandés par l’Etat. L'entreprise liégeoise a donc décidé de s'adresser à la justice pour obtenir son dû. Le jugement est attendu pour la fin du mois.

Aucune réaction n'a pu être obtenue aux cabinets de Maggie De Block (Open Vld), ministre de la Santé publique, et de Philippe De Backer (Open Vld), qui gère la task force de gestion de la crise du coronavirus.

Détail piquant: les tests sérologiques de ZenTech sont utilisés en première ligne comme tests de référence pour le déconfinement en Italie. Ils ont déjà servi lors d’une campagne à grande échelle dans la région de Turin.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés