La PME liégeoise Cefaly signe un contrat record de 6,5 millions en Chine

©BELGA

Cefaly entre sur le marché chinois où elle espère attirer 13 millions de clients potentiels.

Bonne nouvelle pour Cefaly Technology, la PME liégeoise qui a inventé l’appareil électrique permettant de prévenir et de traiter les migraines sévères et le stress par neurostimulation externe. Selon nos informations, ses dirigeants ont signé hier avec des représentants de la société chinoise Angenieux Trading Shanghaï Company Co Ltd un contrat de 6,5 millions sur une période de trois ans (2016, 2017, 2018). Le partenariat accorde à la société l’exclusivité de la distribution des appareils de Cefaly en Chine. "Après des expériences qui n’ont pas été couronnées de succès, nous signons ici un vrai contrat de distribution de notre produit en Chine. Il a reçu l’autorisation de mise sur le marché chinois à la mi-mai 2014. Au-delà des tests qui ont prouvé son efficacité en Chine, il faut aussi garder à l’esprit que c’est le premier dispositif de prévention des migraines approuvé par les autorités sur le marché américain", nous a confié Raphaël Ravet, sales manager de Cefaly.

©BELGA

C’est le plus gros contrat jamais signé par Cefaly. Le précédent porte sur un montant de 4 millions signé avec la société pharmaceutique coréenne MediFocus pour la distribution, le marketing et la promotion scientifique du produit en Corée du Sud. Le contrat chinois réjouit les dirigeants de la PME liégeoise tant au niveau du montant que du sérieux des partenaires. Il est le résultat de négociations qui ont démarré suite à une rencontre en avril 2015 sur une foire en Chine. "Vu le profil de notre partenaire, son business plan et le montant, c’est positif. Les premières livraisons des produits sont prévues pour janvier 2016. On pensait signer le contrat plus tôt et démarrer les livraisons déjà cette année, mais ce n’est pas grave", dit Pierre Rigaux, CEO et fondateur de Cefaly.

50.000 pièces en trois ans

À l’issue du contrat, l’entreprise aura livré 50.000 pièces dans l’Empire du Milieu. "La Chine est un gros marché et il est important d’y être. Le fait d’avoir un partenaire fiable est une bonne chose", se réjouit-il. D’après les statistiques, environ 2% de la population chinoise (soit 130 millions de patients) souffrent de migraine sévère. Cefaly espère s’implanter durablement sur le marché et capter 10% d’entre eux, soit 13 millions de personnes à terme.

En interne, le nouveau contrat ne débouchera pas sur un accroissement des effectifs qui ont déjà gonflé depuis l’an dernier. Mais il aura un effet bénéfique chez les sous-traitants. D’après Pierre Rigaux, il représente une augmentation de l’emploi chez ceux-ci de 10 travailleurs à temps plein sur un an.

Pas de remboursement avant 2017 en Belgique

Cefaly occupe aujourd’hui 20 collaborateurs (14 en 2014) dont 4 personnes aux USA et le reste en Wallonie. La société a réalisé un chiffre d’affaires de 7,9 millions d’euros en 2014. Les chiffres de 2015 ne sont pas encore connus, mais d’après son fondateur, la société devrait enregistrer des recettes de 5 millions d’euros en termes de ventes des appareils. L’objectif de réaliser une progression du chiffre d’affaires de 20% ne sera peut-être pas atteint cette année, mais l’année sera bonne pour Cefaly.

Au niveau du remboursement de son produit, les dirigeants de Cefaly poursuivent les discussions tous azimuts avec les autorités dans différents pays. Les premiers remboursements pourraient intervenir dès 2016 pour les patients anglais. Aux USA, un code spécifique permet déjà l’intervention des autorités publiques dans les frais d’achat du Cefaly pour les vétérans de l’armée grâce à l’assurance Tri Care. Une bonne nouvelle sur les remboursements est attendue aussi en Norvège et dans les Emirats arabes unis. "En Belgique, on a rentré notre dossier, mais on nous a déjà fait comprendre que même en cas d’avis positif, le remboursement n’interviendra pas avant 2017 faute de budget", répondu Pierre Rigaux.

À ce jour, Cefaly a déjà écoulé plus de 100.000 de ses diadèmes qui se portent sur le front, dont environ 95% sont partis à l’exportation dans 25 pays.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content