Mithra se dote d'un écrin technologique de pointe

Marc Coucke, président, et François Fornieri, CEO de Mithra. ©Dries Luyten

Mithra Pharmaceuticals a inauguré vendredi à Flémalle sa nouvelle plateforme de recherche, développement et production (CDMO). Cette infrastructure de 15.000 m2 a nécessité un investissement de 75,2 millions d’euros.

François Fornieri est un homme pressé. Le patron de Mithra voit donc d’un bon œil de pouvoir disposer trois mois plus tôt que prévu d’une plateforme technologique de pointe, qui doit permettre à la société liégeoise d’assurer elle-même le développement et la production de ses futurs produits phares.

©Dries Luyten

Représentants des forces vives de la région, responsables politiques, chefs d’entreprise: ils étaient plus de 500 à avoir répondu présent vendredi à l’inauguration en grande pompe du nouvel écrin technologique dont s’est doté Mithra. Cet outil ultramoderne, qui a nécessité un investissement de 75,2 millions d’euros, doit permettre à l’entreprise de se poser en acteur de référence sur le marché mondial de la santé féminine.

L’unité de recherche, développement et production de Flémalle, qui s’étend sur 15.000 mètres carrés, produira des polymères médicaux, des implants et des injectables stériles dès 2017. La fabrication de comprimés est prévue pour l’année suivante.

"L’unité de Flémalle permettra de produire 25 % de la capacité mondiale d’estétrol."
François Fornieri
CEO de Mithra

Le site n’est que partiellement achevé. L’infrastructure disponible permet déjà la fabrication de polymères, d’implants et d’injectables stériles. Mithra produit ainsi de premiers lots du Myring, un anneau vaginal contraceptif hormonal.

©Dries Luyten

Viendront ensuite le contraceptif oral Estelle et le Donesta, un traitement de la ménopause, deux produits innovants à base d’estétrol, un œstrogène naturel produit par le fœtus humain. Le premier en est à la phase 3 des essais cliniques, le second à la phase 2. "À terme, l’unité de Flémalle permettra de produire 25 % de la capacité mondiale d’estétrol", assure le patron de Mithra.

Du beurre dans les épinards

La production de ces comprimés ne commencera qu’en 2018. Un premier contrat, d’une valeur de 250 millions d’euros minimum, a déjà été conclu avec Fuji Pharmaceuticals, leader du marché japonais, pour la production de comprimés à base d’estétrol. D’ici là, François Fornieri mise sur les produits injectables pour mettre un peu de beurre dans les épinards. "Les machines sont installées, elles devraient recevoir l’agrément GMP (bonnes pratiques de fabrication, NDLR) d’ici le début de l’année prochaine", précise-t-il.

©Dries Luyten

Il est vrai que les demandes affluent déjà: il n’y a actuellement que trois sites en Europe qui sont en mesure de produire des injectables. "Et je ne pouvais pas imaginer que ce site ne produise rien pendant deux ans en attendant les autorisations de mise sur le marché pour les comprimés. Les injectables nous rapporteront un peu de cash-flow dans l’intervalle", ajoute François Fornieri.

Président du conseil d’administration depuis quelques semaines, l’hyperactif Marc Coucke juge "très prometteur" le positionnement de Mithra. "Restons humbles mais soyons ambitieux. Cette société donne l’opportunité de créer beaucoup d’emplois", souligne-t-il.

À ce jour, la mise en place du nouvel écrin a permis l’embauche de 38 personnes supplémentaires. Seize autres devraient suivre d’ici la fin de l’année. De quoi porter les effectifs de Mithra à 141 personnes. En attendant plus.

©Mediafin

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect