Publicité

Albert Frère: une surprise pour sa dernière assemblée

©Dieter Telemans

Très applaudi, Albert Frère a vécu mardi sa dernière assemblée générale des actionnaires (AG) en tant que président de GBL. Paul Desmarais Jr a cette fois pris le temps de traverser l’Atlantique.

«Je reste viscéralement attaché à GBL.»
Albert Frère
ex-président et administrateur de GBL

 

 

"Je suis vraiment touché de votre fidélité". Albert Frère avait coutume de prononcer ces mots lorsqu’il se retrouvait chaque année en compagnie des actionnaires de GBL. Cette fois, il fallait absolument ne pas vouloir les entendre, tant il les a prononcés hier lors de l’assemble générale (AG) portant sur l’exercice 2014 du holding (lire encadré). Il y avait de quoi.

©Photo News

Après plus de 30 ans de "bons et loyaux services" au sein de GBL, Albert Frère avait peine à cacher son émotion pour sa toute dernière AG en tant que président du groupe, et même au titre d’administrateur. Il avait annoncé son départ le 2 février dernier. Il a réussi à tenir parole, lui qui avait juré de ne jamais partir à la retraite. "Le travail, c’est toute ma vie", a-t-il encore martelé devant ses actionnaires venus un peu plus nombreux que de coutume. On en a compté jusqu’à 442 (70,79% du capital de la société). L’an passé, ils étaient à peine 334.

→ Sa fille Ségolène Gallienne et son petit-fils Cédric Frère ont été nommés administrateurs.

©Photo News

Comme si les actionnaires ne croyaient pas vraiment à son départ, on aurait dit qu’il avait ressenti le besoin de confirmer une fois de plus sa décision: "Je quitte effectivement GBL", non sans réitérer que "ce n’est pas sans émotion". On imagine que l’ancien capitaine de GBL conservera un œil sur les affaires du groupe, même s’il est convaincu que la société se trouve dans de bonnes mains. Celles de Ian Gallienne (photo), son beau-fils, et celles de Gérard Lamarche, tous deux administrateurs délégués. Et celles encore de son fils Gérald Frère, toujours bon pied bon œil à son poste de président du conseil d’administration. "Je suis viscéralement attaché à GBL", a-t-il dit comme s’il était encore nécessaire d’en convaincre les actionnaires.

 

Transition sereine

Comme tous les administrateurs présents, Albert Frère vêtu d’un complet gris, tiré à quatre épingles, avait descendu toutes les marches de la salle pour rejoindre son pupitre sur la scène, sous l’œil vigilant de Thierry de Rudder, son complice de presque toujours chez GBL, vice-président du holding.

©Photo News

• La surprise du jour. La surprise faite à Albert Frère, âgé de 89 ans, est venue du Canada. Brillant d’ordinaire par son absence lors des assemblées générales de GBL, Paul Desmarais Jr, aussi vice-président du conseil d’administration, a cette fois pris le temps de traverser l’Atlantique pour exprimer toute sa gratitude envers l’ami de son père, Paul Desmarais Sr, décédé il y a près de deux ans. Avec lui, il était monté à bord de GBL en 1982 à l’invitation de Léon Lambert.

©Dieter Telemans

"Ce n’est pas sans une certaine émotion que j’exprime toute ma gratitude pour ce que tu as fait avec mon père, a-t-il indiqué à l’adresse d’Albert Frère. Loyauté, charisme et volonté ont permis à vous deux de développer cet ensemble. Ton leadership a été au centre de cette réussite", a encore dit Paul Desmarais, soulignant que "la transition d’une génération à l’autre se fait en toute sérénité". Des propos qui ont été suivis d’une salve d’applaudissements du côté des actionnaires.

Administrateur et président du comité des rémunérations de GBL, Maurice Lippens n’a pas non plus manqué de mots élogieux à l’égard d’Albert Frère concernant son aventure avec la famille Desmarais. Il a en outre profité de son intervention pour lui annoncer que GBL lui a attribué le titre de président d’honneur.

Caractère modeste

©Dieter Telemans

Un actionnaire a suggéré enfin de modifier l’appellation Groupe Bruxelles Lambert, maintenant que les institutions à l’origine de ce GBL (Banque Bruxelles Lambert et Banque de Bruxelles) n’existent plus. Plutôt ému, Frère n’a pas eu le temps de réagir à cette suggestion qu’un autre actionnaire, soulignant la modestie d’Albert Frère, affirmait qu’il n’aurait jamais pris une telle décision.

De fait, Albert Frère compte parmi ces gens qui affichent une certaine modestie. Un sentiment que l’on a encore ressenti au moment où il a affirmé en guise de conclusion, à l’approche du terme de l’AG: "J’ai l’impression de n’avoir pas trop mal accompli mon contrat ces 30 dernières années". Des propos une fois encore suivis d’un tonnerre d’applaudissements.

Un détail encore, Albert Frère n’exclut pas de participer aux prochaines AG de GBL. Mais cette fois en tant que simple actionnaire.

©Photo News

©Photo News

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés