Publicité

Desotec, la pépite tech du durable, passe dans le giron de Blackstone

Mario Hertegonne, CEO, dirige Desotec depuis 2015. ©Wouter Van Vooren

La course s'achève. C'est le géant du private equity Blackstone qui devient finalement le nouveau propriétaire du producteur flamand de solutions de purification Desotec.

Le véhicule d'investissement de la riche famille suédoise Wallenberg, EQT, travaillait à la vente de sa participation majoritaire dans Desotec depuis la fin de l'année dernière. Desotec fabrique des systèmes de purification au charbon actif qu'il recycle après utilisation et qu'il loue aux entreprises.

La semaine passée, l'on apprenait que cinq parties étaient toujours en lice après une première phase de sélection. Parmi elles figuraient Blackstone (principal actionnaire de l'entreprise de l'année du nord du pays, Stow), ainsi que les fonds d'investissement français Astorg, Eurazeo et PAI (propriétaire d'A.S. Adventure). Blackstone a pris le lead sur ses concurrents en présentant une offre qui ne peut se refuser (dite de «préemption» dans le jargon).

800
millions d'euros
Selon nos informations, Desotec était valorisé à quelque 800 millions d'euros lors du premier appel d'offres par le géant américain du private equity.

Selon nos informations, la valeur de Desotec a tourné aux alentours des 800 millions d'euros lors du premier appel d'offres. Par contre, on ne sait pas pour l’instant si ce fut le prix finalement payé. Dans tous les cas, EQT réalise une plus-value significative. Et pour cause, lors de son entrée dans Desotec il y a quelques années, le fonds scandinave valorisait l'entreprise basée à Roulers entre 250 et 350 millions d'euros.

En 2020, le chiffre d'affaires de la société aurait atteint environ 84 millions d'euros, quand son excédent brut d'exploitation (ebitda) tournait à environ 30 millions d'euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés