Publicité

GBL injecte 150 millions dans le nouveau fonds des Desmarais

Sienna Capital s'est engagée à hauteur de 150 millions d'euros dans le nouveau fonds de Sagard, ce véhicule d'investissement créé à l'initiative de Power Corporation du Canada, une société dirigée par Paul Desmarais Jr (photo). ©BELGAIMAGE

Le holding entend par-là accompagner les efforts de Sagard, acteur français du monde du private equity investissant dans des sociétés leaders de la francophonie.

Nouveau développement pour la plateforme d'investissements alternatifs de GBL . En marge des résultats trimestriels du holding des familles Frère et Desmarais, il est en effet apparu que Sienna Capital s'était engagée en mars dernier à hauteur de 150 millions d'euros dans le nouveau fonds de Sagard, ce véhicule d'investissement créé en 2003 à l'initiative de Power Corporation du Canada et qui gère aujourd'hui plus de 2 milliards d’euros investis.

Si ce quatrième fonds en date n'est toujours pas clôturé à ce stade, il s'agit-là d'une contribution significative à l'objectif fixé de 800 millions d'euros. Mais nécessaire. Car Sagard investit dans des sociétés d’une valeur supérieure à 100 millions d'euros, fortes d'une position de leader sur leur marché, principalement en Europe francophone, mais qui peuvent encore se développer de manière durable dans de nouvelles zones géographiques ou de nouveaux créneaux.

800
millions €
Toujours pas clôturé à ce stade, le fonds en question cherche à lever 800 millions d'euros.

Avec son une équipe de 12 investisseurs basés à Paris, cet acteur du monde du private equity a déjà réalisé en date quelque 35 investissements, aussi bien en France, qu'en Belgique et en Suisse. Dont notamment du côté du groupe pharmaceutique vétérinaire français Ceva, partenaire de la biopharma liégeoise Mithra  dans le développement d’un dispositif hormonal pour animaux.

Si Sagard accompagne l'entreprise depuis 2010 déjà, il a encore récemment participé à un nouveau tour de table en février aux côtés des actionnaires historiques et de nouveaux entrants parmi lesquels le véhicule d'investissement des Bettencourt-Meyers. De quoi officialiser une première opération pour son dernier venu, Sagard IV.

Baisse de la juste valeur

De son côté, GBL a clôturé le premier trimestre avec des "cash earnings" (dividendes de ses participations, charges opérationnelles et intérêts) en hausse, passés de 100 à 161 millions d'euros par rapport à la même période l'an passé. De même qu'avec un léger renforcement dans Adidas, avec une participation en hausse de 6,80 à 6,84%.

Pour le reste, le résultat net consolidé du holding a enregistré une forte baisse à 15 millions d'euros - moins d'un dixième du montant atteint au cours des trois premiers mois de 2019 -, et ce, en raison principalement d'une baisse significative de la juste valeur des fonds détenus par sa filiale Sienna Capital.

Sur la même période, des marchés financiers turbulents sont aussi venus ronger 22% de la valeur de son portefeuille, quand l'endettement a été réduit. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés