Publicité

La pépite indienne des Boël et Spoelberch creuse ses pertes

La plateforme indienne Byju's permet aux écoliers d'apprendre de manière ludique. Elle compte ses utilisateurs par dizaines de millions. ©Bloomberg

La plateforme d'apprentissage indienne Byju's, dont Sofina et Verlinvest sont actionnaires, a vu son chiffre d'affaires fortement augmenter en un an, tout comme ses pertes.

Byju's, le nom ne vous dira probablement rien. Pourtant, la plateforme d'apprentissage indienne compte ses utilisateurs par dizaines de millions sur son marché domestique et de plus en plus en dehors (USA, Royaume-Uni, Brésil, Mexique et Indonésie).

Grâce à ses services, les étudiants peuvent s'adonner aux sciences et aux maths de manière ludique via un mélange de vidéos, de simulations interactives et d'autres contenus à destination des plus jeunes issus, là, du monde de Disney depuis la signature d'un important accord en 2019 avec le géant du divertissement.

La crise n'a fait qu'accroître une croissance déjà folle. Et attirer les regards des investisseurs qui y voient un actif sorti grand gagnant de la pandémie. La start-up est ainsi récemment devenue la première jeune pousse d'Inde en termes de valorisation, à plus de 16,5 milliards de dollars, quand l'on parle déjà de quelque 21 milliards à attendre dans le cadre d'une levée de fonds prochaine.

Du côté des belges à bord que sont Sofina (5,47%) et Verlinvest (inconnu), on se frotte les mains. Et pour cause, le holding des Boël et le véhicule des Spoelberch (AB InBev) avaient déjà respectivement flairé le filon en 2016 et 2017 et ont ainsi vu la valeur de leur participation s'envoler.

Pour autant, il est à noter que la société reste largement déficitaire, selon les derniers chiffres parus dans la presse indienne, alors que le chiffre d'affaires a augmenté de quelque 82% au cours de l'exercice 2019-2020 pour atteindre 274 millions d'euros.

30
fois
Les pertes de Byju's ont été multipliées par 30 en un an.

En effet, pour continuer sur sa lancée, Byju's puise dans ses réserves et voit ainsi ses coûts – en ce compris de publicité – fortement augmenter (+119%). Résultat, la perte nette sur 2019-2020 s'est élevée à plus de 30 millions d'euros, contre un seul encore une année auparavant.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés