analyse

Le contrôle de GBL simplifié grâce aux doubles droits de vote

Avant de simplifier le contrôle de GBL, ses actionnaires devront approuver, en assemblée, le principe des droits de vote doubles. ©Tim Dirven

Via une offre publique d’échange, Pargesa va disparaître de la cascade au-dessus de GBL. Les droits de vote doubles permettront aux familles Frère et Desmarais de détenir le contrôle, en direct, à plus de 40% sur GBL.

Voilà un très vieux serpent de mer de la Bourse de Bruxelles qui vient d’accoster sur nos rivages. Longtemps évoquée mais jamais concrétisée jusqu’ici, la simplification de la structure de contrôle de GBL est désormais en marche.

"Cette réorganisation simplifiera la structure du groupe et servira de catalyseur pour créer de la valeur pour les actionnaires."
Paul Desmarais Jr.
Président du C.A. de Pargesa.

Parjointco, un véhicule contrôlé conjointement par les familles Frère et Desmarais, a annoncé son intention de lancer une offre publique d’échange (OPE) sur Pargesa , dont il détient déjà 55% des parts. L’unique actif de cette entité cotée en Suisse est une participation de 50% dans GBL. Les actionnaires de Pargesa recevront 0,93 action GBL pour apport de chaque titre lors de l’OPE, qui sera lancée en mai.

"Cette réorganisation simplifiera la structure du groupe et servira de catalyseur pour créer de la valeur pour les actionnaires", a souligné Paul Desmarais Jr., président du conseil d'administration de Pargesa.

Droits de vote doubles

Toutefois, pour que l’étage suisse disparaisse effectivement et que Parjointco contrôle GBL en direct, il faudra tout d’abord que les actionnaires du holding adoptent, lors d’une assemblée extraordinaire, le principe des droits de vote doubles. C’est une condition suspensive. Grâce à ceux-ci, la participation de Parjointco après l’OPE passera de 28% à plus de 40%. Autre avantage de l’opération: l’augmentation du flottant provoquée par la disparition de Pargesa devrait impacter favorablement la liquidité du titre GBL.

4 milliards
euros
Les liquidités de GBL atteignent 4 milliards d'euros.

Le holding a également livré ses résultats annuels mercredi soir. "GBL a connu une très bonne année avec une valeur d’actif net en hausse de 25,7% à 20,3 milliards d’euros, soit l’équivalent de 126,1 euros par action", constatent les analystes de KBC Securities ("acheter"; 95 euros). Ils estiment, en outre, que les liquidités actuelles, qui s’élèvent à 4 milliards d’euros, permettront à GBL d’être bien équipé pour tirer avantage de la tendance actuelle des marchés.

Targets baissés

De son côté, Hans D’Haese d’ING ("conserver"; 97 euros) évalue la décote de l’action à la clôture de mercredi à 28% par rapport à la valeur d’actif net, contre une moyenne de 24,8% au cours des dix dernières années. Compte tenu de l’épidémie de Covid-19 et de son impact, il juge que le risque de voir cette décote progresser s’est accru. Ce matin, le titre chutait de 6,5% à 68,9 euros.

En raison des corrections récentes constatées sur les marchés, Degroof Petercam ("accumuler") et Kepler Cheuvreux ("conserver") ont sabré dans leur objectif de cours. Le premier est passé à 90 euros, contre 100 euros, et le second à 79,5 euros, contre 93 euros.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés