Performance positive pour Quest for Growth

©Photo News

La société d'investissement a enregistré au terme de ces neuf premiers mois un résultat de 2,8 millions d’euros, contre 29,9 millions sur les neuf premiers mois de 2015.

La société d’investissement Quest for Growth a enregistré sur les neuf premiers mois de 2016 un résultat mitigé, avec un résultat net qui s’est traduit par une bénéfice après impôts de 2,8 millions d’euros (0,19 euro par action), contre un bénéfice de 30 millions (2,59 euros par action) d’euros un an plus tôt.La valeur nette d’inventaire par action était de 9,12 euros, contre 9,54 euros (après répartition bénéficiaire) au 31 décembre 2015.

Quest for Growth précise donc que la belle tenue du portefeuille d’actions cotées s’est poursuivie, et que sa performance depuis le début de l’année est positive, alors que "les bourses européennes (indice STOXX Europe 600) affichent toujours un repli d’environ 7 % par rapport à la fin de l’an dernier."

Les baisses les plus prononcées ont été encaissées par CFE (-9 %), Bertrandt (-12 %) et Kiadis (-11 %). Des actions telles qu’Umicore (+47 %), Pharmagest (+43 %) et Melexis (+29 %) ont enregistré les return positifs les plus élevés. Saft Groupe a été reprise par Total au prix de 36,50 € par action, soit environ 30% de plus que le cours de l’action à la fin 2015, et en hausse de 100 % (dividendes compris) par rapport au cours d’achat initial en 2012. Kendrion aussi a été vendue. Cette action a réalisé une performance de près de 70 % au cours  des cinq années qu’elle a figuré dans le portefeuille.

La société d'investissement rappelle encore qu’au troisième trimestre, Magwel (une spin-off du centre de recherche louvaniste Imec ) a quitté le portefeuille d’entreprises non cotées. Le produit de la vente étant conforme à la valorisation de Magwel dans le portefeuille au 30 juin 2016, la transaction n’a pas d’impact sur la VNI de Quest for Growth pour ce trimestre.

Quelles perspectives ?

Enfin, Quest for Growth souligne les perspectives des marchés boursiers n’ont guère changé depuis le début de l’année. Les derniers indicateurs économiques publiés en Europe et aux États-Unis donnent toujours à voir une image mitigée. Après le redressement partiel des marchés boursiers européens au troisième trimestre, le rapport cours/ bénéfice attendu de l’indice STOXX Europe 600 affiche environ 15. Compte tenu de la faiblesse des taux, les actions demeurent relativement plus attrayantes que la plupart des autres formes d’investissement.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content