Quest for Growth plonge dans le rouge mais limite la casse

Total a lancé une OPA sur Saft (ici une usine du groupe en France) dont le cours a bondi de 33%. ©Science Photo Library

La société d'investissement a subi le recul des marchés boursiers constatés au premier semestre tout en limitant la casse. Son résultat se traduit par une perte de 4 millions d'euros contre un bénéfice de 31,5 millions un an plus tôt.

La société d’investissement Quest for Growth a connu, à l’image des marchés financiers, un premier semestre difficile à tel point que son résultat net s’est traduit par une perte de 4 millions d’euros (-0,27 euro par action) contre un bénéfice de 31,5 millions (2,73 euros par action) d’euros un an plus tôt. La valeur nette d’inventaire par action est revenue à 8,67 euros, contre 9,54 euros (après répartition bénéficiaire) fin 2015. Rappelons que la Pricaf a augmenté son capital au mois de mai dernier ce qui lui a permis de lever 23,4 millions d’euros en émettant 3,63 millions d’actions nouvelles.

Quest for Growth précise que son portefeuille d’actions cotées s’est sensiblement mieux tenu que les marchés – le Stoxx Europe 600 a lâché 10% sur le premier semestre- avec une performance négative de 3%. Les baisses les plus prononcées ont été encaissées par CFE (-23 %), Bertrandt (-19 %) et TKH (-16 %). Par contre, des actions telles qu’Umicore (+22 %), Pharmagest (+20 %) et Melexis (+14 %) ont réussi quant à elles à progresser, sans parler du bond de Saft (33%) cible d’une OPA.

Après l’augmentation de capital de mai, cinq nouvelles actions ont été prises en portefeuille, précise la société : Jensen Group, Kingspan, Corbion, Ablynx et Norma.

Qu’en est-il pour le reste de l’année ?

Les perspectives des marchés boursiers n’ont guère changé depuis le début de l’année, remarque Quest for Growth. Toutefois, suite à la baisse des cours, les valorisations sont légèrement plus attrayantes, avec un rapport cours/bénéfice attendu d’un peu plus de 14 pour l’indice Stoxx Europe 600. Compte tenu de la faiblesse des taux, les actions demeurent relativement plus attrayantes que la plupart des autres formes d’investissement, conclut la société cotée à Bruxelles.

Le portefeuille des actions cotées de Quest for Growth au 30 juin 2016. ©Quest for Gowth

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content