Un Italien prend le volant du véhicule d'investissement des de Spoelberch

MBA (Insead) et diplômé en économie, l'homme d'affaires italien Roberto Italia devient CEO de Verlinvest, fort de 25 ans d'expérience en private equity. ©rv

Ce qui referme la page de Mévius chez Verlinvest. Objectif désormais? Continuer à grandir pour celui qui compte 1,6 milliard d'euros d'actifs sous gestion.

Voilà donc la page de Mévius résolument tournée du côté de Verlinvest. Le véhicule d’investissement de la famille de Spoelberch s’est en effet trouvé un nouveau CEO, en l’homme d’affaires italien Roberto Italia, a-t-on appris ce mercredi. Et ce, quelques mois seulement après s’être choisi un nouveau président, le Belge Stefan Descheemaeker, actuel patron de Nomad Foods (Iglo, Findus, Lutosa,…).

1,6
milliard €
Actif en Europe, aux Etats-Unis et en Asie, Verlivest gère à ce jour pour 1,6 milliard d'euros de participations, dans une vingtaine de sociétés.

Pour rappel, les deux postes s’étaient retrouvés vacants fin 2018 suite au départ de Frédéric de Mévius, après 23 ans dans l'aventure. En raison de divergences de vues avec les actionnaires majoritaires, l’homme avait alors décidé de revendre ses 10%, laissant les seuls de Spoelberch maîtres à bord d’un navire qui compte aujourd’hui 1,6 milliard d’euros d’actifs sous gestion.

Qu’attendre désormais? Avec ce nouveau profil, Verlinvest "vise désormais une accélération de sa trajectoire et un coup de boost au niveau de sa présence internationale et de ses capacités d’investissement", fait savoir la société qui, à ce stade, compte une vingtaine d'investissements en Asie (surtout en Inde), aux États-Unis et en Europe et une présence à Bruxelles, Londres, Singapour et New York.

25 ans d'expérience en private equity

Le nouveau capitaine pourrait en fait être amené à refocaliser le portefeuille. Autour des forces de Verlinvest, à savoir une capacité d'internationalisation de marques fortes et ce dans quelques grandes thématiques.

Pour ce faire, il pourra compter sur 25 ans d’expérience dans le private equity, ayant été associé chez Warburg Pincus (présent au capital de la filiale financière d’Alibaba Ant Financial ou encore d’Aion, ex-Banca Monte Paschi Belgio) et chez Cinven (précédemment dans Camaieu, Eutelsat, Jost ou encore Truvo). Couplés à 'un MBA à l’Insead et une formation d’économiste (Luiss, à Rome) qui l’avaient amené à travailler préalablement pour Telecom Italia.

Son mot d’ordre? "Make it happen". Qu’il a appliqué aussi par le passé en cofondant Space Holding, groupe ciblant des investissements innovants dans des entreprises cotées et privées, principalement en Italie. Avec des opérations à la clé sur F.I.L.A. S.p.A., l'un des leaders mondiaux dans les produits pour la colorisation, le dessin, la modélisation, l'écriture et la peinture, mais aussi Avio S.p.A., leader dans la propulsion spatiale appliquée aux systèmes de lancement, missiles et satellites, Aquafil S.p.A., l'un des leaders mondiaux des fibres synthétiques et, enfin, Guala Closures S.p.A., leader mondial des systèmes de fermeture pour spiritueux et vins.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés