LVMH fait très bonne impression à Paris

©AFP

Les ventes de LVMH atteignent un niveau record au 1er trimestre. Dans la foulée, son action se hisse à un sommet historique à la Bourse de Paris

À près de 5 fois la valeur comptable de la société et à 24,7 fois les bénéfices attendus pour cette année, le groupe de luxe français LVMH n’est pas particulièrement bon marché à la Bourse de Paris. Mais si la croissance de ses affaires aux Etats-Unis et surtout en Asie, qui compte pour un tiers de ses ventes, conserve le rythme fou enregistré au premier trimestre, il est imaginable que son action puisse maintenir dans les mois qui viennent un trend haussier. Une cadence qui s’est amorcée en 1999 quand Bernard Arnault, son patron et ami d’Albert Frère, a pris les commandes de LVMH. L’action cotait cette année-là aux alentours de 20 euros.

Pour appuyer la croissance des ventes, Bernard Arnault cherche en outre à se munir d’autres cartes, comme celle du numérique. "Le numérique nous permet d’atteindre le client plus rapidement et plus directement", disait-il lundi lors d’une cérémonie inaugurale d’un centre de start-ups pour l’industrie du luxe à Paris. LVMH, qui détient plus de 4.000 points de vente dans le monde, cherche ainsi à gonfler son activité en ligne pour séduire les jeunes consommateurs. Il y présente via ce canal de distribution de nouveaux produits tels que les baskets de luxe et les coques d’iPhone de style Louis Vuitton.

Records à la pelle

En hausse – organique – de 10%, le chiffre d’affaires de LVMH a franchi pour la première fois la barre des 10 milliards d’euros au 1er trimestre. Il a atteint 10,854 milliards d’euros. Pas étonnant dans ce contexte que l’action, qui a encore gagné 4,92% mardi, s’est hissée en clôture à un niveau record aussi de 275,15 euros.

Ces performances confortent la première place de LVMH dans le classement des plus grosses capitalisations boursières de l’indice CAC 40 de Paris, devant Total (128,7 milliards d’euros) et L’Oréal (106,8 milliards d’euros). LVMH affiche une capitalisation boursière de 138 milliards d’euros.

La branche Montres & Joaillerie réalise la meilleure performance (+ 25% ajustés), suivie de celles de Parfums & Cosmétiques (+ 17%) et de Mode & Maroquinerie (+ 16%) qui est le cœur de métier du groupe.

L’avis des analystes

Les bons résultats de toutes les divisions démontrent que la dynamique des ventes des marques clés de LVMH reste intacte.
John Guy,
analyste auprès de Mainfirst.

 "Les bons résultats de toutes les divisions démontrent que la dynamique des ventes des marques clés de LVMH reste intacte", observe John Guy, analyste auprès de Mainfirst. "C’est un début d’année remarquable pour LVMH, avec des gains de part de marché généralisés dans un environnement porteur pour les produits de luxe", commente pour Bloomberg Rogerio Fujimori, analyste chez RBC (Europe).

De leur côté, cités par Reuters, les analystes de Bryan Garnier disent tabler sur une croissance organique de 10% pour l’année 2018. Jusqu’ici, ils attendaient un taux de croissance de 7%. Enfin, les analystes de Barclays mettent en garde contre un changement de sentiment des consommateurs chinois. "Il pourrait intervenir au cas où la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine devait s’aggraver", disent-ils. Les objectifs de cours des analystes qui ont réagi aux nouvelles de LVMH vont de 266 à 305 euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content