"Le pire semble désormais passé pour Balta"

©Sofie Van Hoof

Après des résultats semestriels décevants, un nouveau "profit warning" et le départ avec effet immédiat de son CEO, Balta est une nouvelle fois malmenée en Bourse. Mais pour Degroof Petercam, le pire semble désormais passé. KBC reste à l'achat sur la valeur.

Double uppercut pour Balta et ses actionnaires en ce début de semaine. Alors que l’on attendait la publication des chiffres semestriels du spécialiste des revêtements de sol textiles pour mardi seulement, ils ont été diffusés dès potron minet ce lundi. Une anticipation qui n’est jamais bon signe. On se rappellera que Balta s’était déjà illustrée par son timing au mois de novembre dernier en publiant en pleine séance un avertissement sur résultat torpillant l’action de 18% à 9,34 euros.

Un cours qui serait à même de redonner le sourire à de nombreux investisseurs. Car ce matin, le titre a encore pris l’ascenseur vers le sous-sol à 4,88 euros (-7%) s’approchant de son plancher historique de 4,75 euros atteint le 19 juin. Rappelons que c’est en juin 2017 que Balta a eu la fâcheuse idée de rejoindre la Bourse avec un prix d’introduction de 13,25 euros.


Le premier coup infligé ce lundi visait la tête. Balta est décapitée. Son CEO, Tom Debusschere, paie le bilan plus que décevant affiché jusqu’ici et a été remercié de "commun accord". En attendant de lui trouver un successeur, c’est le président du conseil d’administration, Cyrille Ragoucy qui aura la lourde tâche de restaurer la confiance.

Les chiffres, ensuite, ont sonné les investisseurs. Pas jusqu’à les mettre au tapis mais la déception est au rendez-vous. Les résultats du premier semestre sont inférieurs aux prévisions de KBC Securities et de Degroof Petercam. Le premier tablait sur un Ebitda ajusté de 36,3 millions d’euros et le second de 37 millions, il ne fut finalement que de 34,2 millions d’euros en chute de 26,6%.

"Profit warning"

Un genou a quand même fléchi et touché le sol lorsque Balta a prévenu qu’un environnement faible au troisième trimestre allait retarder la reprise. Et que le groupe devait revoir à la baisse ses prévisions d’Ebitda pour l’année qui étaient jusque là comprises entre 82 millions et 87 millions d’euros.

Nathalie Debruyne de Degroof Petercam avait anticipé cette situation. Son estimation de l’Ebitda ajusté était déjà inférieure à la "guidance" initiale de Balta. Elle envisage de réduire quelque peu sa prévision pour le second semestre qui est à 43 millions. Pour l’ensemble de l’exercice, elle vise un chiffre dans les alentours de 75 millions d’euros.

"La valorisation est basse mais pour de bonnes raisons, la visibilité reste faible. Toutefois, écrit-elle, le pire semble désormais passé dans la mesure où Balta commence à bénéficier de ses efforts." Sa recommandation à "réduire" et son objectif de cours de 8 euros vont faire l’objet d’un réexamen.

KBC reste à l'achat

Wim Hoste de KBC Securities note, pour sa part, que l’évolution du cours de l’action au fil des derniers mois suggère probablement que ce qui a été annoncé aujourd’hui était redouté par de nombreux investisseurs. Il considère que la valorisation reste attractive et maintient sa recommandation à l’achat tout en abaissant son objectif de cours à 7,5 euros contre 9 euros avant. Rappelons que Balta figurait parmi les 15 actions belges et néerlandaises préférées de KBC pour 2018.

Notons enfin qu'avant la publication des chiffres semestriels de ce lundi trois analystes recommandaient un achat de l’action, un autre conseillait de la conserver et un dernier de la vendre. L’objectif de cours moyen s’élevait à 8,9 euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content