Ontex mis sous pression par les "shorteurs" et les sceptiques

©Lieven Van Assche

Le producteur de langes Ontex est tombé en disgrâce auprès des investisseurs. L’incertitude entourant les prochains résultats semestriels et la concurrence féroce pèsent sur l’action.

Le cours d’Ontex a atteint lundi son plus bas niveau historique. Mardi, l’action s’est légèrement reprise mais la tendance est clairement orientée à la baisse. Depuis la publication des chiffres trimestriels et d’un avertissement sur résultats en mai et une journée d’investisseurs peu convaincante qui a suivi, Ontex a chuté de 40%.

"Le flot des mauvaises nouvelles ne s’arrête pas" souligne un trader. "La semaine dernière, il y a eu une grosse pression à la vente alors que Morgan Stanley plaçait Ontex sur sa liste des valeurs à vendre. Il ne faut pas sous-estimer l’avis d’une banque d’affaires aussi influente. Cela met des centaines de millions d’euros en mouvement. Fin de la semaine dernière, il est également apparu que le gestionnaire de fonds BlackRock a accru de 7% sa position vendeuse sur la valeur qui atteint désormais 2,04% du capital."

Selon le gendarme belge des marchés financiers, la FSMA, quelque 3,14% du total des actions Ontex sont  "shortées", entendez par là qu’elles sont empruntées afin de spéculer sur une baisse de la valeur. "Il s’agit d’une forte sous-estimation" poursuit le trader. "Ces chiffres ne prennent en compte que les grosses positions short de plus de 0,50% du capital. Le plus petites positions ne sont pas déclarées."


1+1 gratuit

Morgan Stanley avance comme raison principale de son pessimisme la pression concurrentielle féroce face à laquelle Ontex comme fabricant de langes sans marque a du mal à résister. La multinationale Procter & Gamble surtout mène des actions sur les prix pour ses Pampers afin de ne pas perdre des parts de marché. Des actions comme "1 acheté, 1 gratuit" sont mises en place ce qui entraîne une réduction des marges dans tout le secteur. Goldman Sachs a également embrayé en réduisant son objectif de cours à 13,6 euros.

"Beaucoup d’investisseurs craignent qu’Ontex déçoive à nouveau avec ses résultats semestriels qui seront publiés le 31 juillet" note Alan Vandenberghe analyste chez KBC Securities. "Le marché a clairement du mal à former un niveau de prix dans lequel toutes les mauvaises nouvelles sont contenues. Ontex a souvent déçu. De nombreux investisseurs vendent par prudence."

Prix des matières premières

Beaucoup d’investisseurs craignent qu’Ontex déçoive à nouveau avec ses résultats qui seront publiés le 31 juillet.
Alan Vandenberghe
Analyste chez KBC Securities

Vandenberghe constate toutefois que ces dernières semaines aucun élément négatif n’est venu affecter la société. "Les taux de change restent volatiles-parfois au désavantage d’Ontex- mais pas au point de m’en inquiéter. Le prix des matières premières ont augmenté mais pas de façon dramatique. Et le prix pour le duvet, la matière absorbante, affiche même du soutien. Il a reculé après son pic récent."

L’analyste reste prudent et conseille de conserver l’action avec un objectif de cours de 16,5 euros.

Sur les 16 brokers qui suivent la valeur, 11 sont à " neutre ", 4 conseillent de l’acheter et un de la vendre.

Pas de problème sectoriel

"A ce prix, je n’aurais pas osé parier sur une nouvelle baisse du cours" estime un autre trader. "Des concurrents comme Kimberly-Clark se portent bien en Bourse, la chute du cours n’est donc pas un problème sectoriel. Ontex est encore une société bénéficiaire qui paie un dividende. La forte présence dans les marchés en croissance où Ontex possède des marques bien connues devrait lui permettre de réaliser sa promesse d’une croissance annuelle de 1,4%. Le management a commis, par le passé, quelques grosses erreurs parmi lesquelles le rachat raté au Brésil. Peut-être la société devrait-elle changer de CEO."

Trois piliers de croissance

780 millions €
Amazon
Un contrat avec Amazon pour sa marque de lange pourrait être valorisé à 780 millions d'euros.

ING est le plus optimiste des brokers sur Ontex. L’analyste Reginald Watson recommande d’acheter l’action et vise un objectif de cours de 18,71 euros. Watson a identifié trois piliers de croissance auxquels Ontex devrait accorder une priorité stratégique. "En premier lieu, le groupe doit travailler à une percée aux Etats-Unis." Le marché américain pèse 10 milliards de dollars. Les langes sans marque détiennent une part de marché de 20%.

Un autre moteur de croissance potentiel est Amazon qui est actif sur le marché des langes avec sa propre marque. "Un contrat avec Amazon comme seul fournisseur peut être valorisé à 780 millions d’euros, rien que pour les USA."

Une accélération des ventes directes via internet pourrait constituer un troisième pilier de croissance.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect