Un calumet de la paix à 2 milliards pour Fujifilm et Xerox

©REUTERS

C'est la fin d'une saga qui courrait depuis janvier 2018. Après une fusion avortée, le Japonais Fujifilm et l'Américain Xerox étaient à couteaux tirés. Aujourd'hui Fujifilm arrête les poursuites et rachète les parts de Xerox dans les coentreprises.

Est-ce la fin d'une longue histoire? Fujifilm annonce la fin des hostilités contre Xerox . Le Japonais accusait l'Américain d'être responsable de l'échec de leur projet de fusion. Après avoir intenté des procédures judiciaires, Fujifilm signe aujourd'hui un divorce à l'amiable et rachète même les parts détenues dans leurs coentreprises pour un total de 2,3 milliards de dollars.

Retour sur une saga qui commença en janvier 2018. À l'époque, un accord de fusion est signé: Xerox se fondera dans la coentreprise Fuji Xerox, dans les mains à 75% du Japonais. Mais c'était sans compter sur la colère des principaux actionnaires de Xerox, Carl Icahn et Darwin Deason.

Les principaux actionnaires de Xerox, Carl Icahn et Darwin Deason considéraient l'opération comme trop complexe et sous-valorisant l'entreprise.

Ils considéraient l'opération comme trop complexe et sous-valorisant l'entreprise. Un juge avait donc bloqué temporairement l'opération et Jeff Jacobson, CEO de Xerox avait été contraint de démissionner.

En mai 2018, Xerox annonçait qu'il renonçait à cette fusion à 6,1 milliards de dollars. Une décision unilatérale que Fujifilm avait dénoncée devant les tribunaux.

2,3 milliards pour le mot de la fin

Aujourd'hui, le point final a été mis à cette histoire. Fujifilm va acheter les 25% que détenait encore Xerox dans leur coentreprise de reprographie vieille de 57 ans, Fuji Xerox, selon un communiqué.

Le groupe japonais deviendra donc le seul maître à bord de cette société comptant une vaste clientèle d'entreprises privées et d'institutions publiques dans la région Asie-Pacifique, avec un chiffre d'affaires annuel dépassant 1.000 milliards de yens (8,25 milliards d'euros environ).

"Fuji Xerox est devenue une entreprise affûtée et forte après une série de réformes que nous avons lancées en 2018. Posséder 100% de son capital va accélérer la prise de décision, dans un environnement de marché en rapide évolution", affirme le PDG de Fujifilm, Shigetaka Komori.

©REUTERS

Fujifilm va également prendre la part de 51% de Xerox dans une autre coentreprise de taille plus modeste, Xerox International Partners, opérant sur les marchés américain et européen, est-il précisé.

Au total, Fujifilm va payer 2,3 milliards de dollars (environ 2 milliards d'euros) à Xerox pour le rachat total de ces activités communes.

"Ces accords refondent notre relation avec Fujifilm et offrent aux deux groupes d'énormes opportunités pour croître ensemble et indépendamment", a estimé dans un communiqué distinct John Visentin, le directeur général de Xerox.

1 milliard de dommages et intérêts

En échange de ces transactions, qui ont été "unanimement approuvées" par les conseils d'administration des deux groupes, Fujifilm a renoncé à son action en justice contre Xerox, auquel il réclamait plus d'un milliard de dollars de dommages-intérêts, l'accusant d'avoir fait capoter leur projet de fusion en mai 2018.

1 milliard
dollars
Fujifilm réclamait plus d'un milliard de dollars de dommages-intérêts à Xerox.

L'action Fujifilm s'est envolée (+6,74% à 5.066 yens) mardi en fin de séance à la Bourse de Tokyo, des informations de presse annonçant l'accord avec Xerox ayant filtré peu avant sa confirmation par le groupe japonais.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect