Avertissement sur résultats chez Ontex, l'action plonge

©Lieven Van Assche

Le groupe belge spécialisé dans les produits d'hygiène personnelle boucle son premier trimestre avec un chiffre d'affaires et un Ebitda en recul. La direction d'Ontex, qui ne prévoit plus de croissance de son bénéfice pour cette année, s'apprête à lancer un plan de transformation. L'action perdait plus de 12 % à midi.

Ontex est toujours à la peine. Le groupe belge spécialisé dans les produits d'hygiène personnelle pour bébés et adultes a réalisé au premier trimestre un chiffre d'affaires de 546,2 millions d'euros, en recul de 1,5 % sur base comparable par rapport au début de l'an dernier.

Cette performance en demi-teinte est le seul fait du marché européen, en recul de 6,7 % à 233,7 millions d'euros. Cette baisse n'est que partiellement contrebalancée par la croissance sur les autres marchés (Amériques, Moyen-Orient, Afrique et Asie). Ceux-ci progressent de 5,7 % à 201,6 millions d'euros.

Si l'on examine les catégories de produits, seule la division "Adultes" voit ses ventes progresser; les langes pour bébés et les produits d'hygiène féminine cédant du terrain.

Le recul persistant sur les marchés matures européens était attendu. Il s'explique, selon Ontex, par la baisse des volumes de ventes sous contrat pour les distributeurs.

Les chiffres de rentabilité ne sont pas plus reluisants. A change constant, l'excédent brut s'exploitation (Ebitda) est en recul de 5,2 % à 61,5 millions d'euros. La marge Ebitda ajustée cède ainsi 4 points de base pour retomber à 11,2 %.

"Dans l'ensemble, a présenté un trimestre faible avec un chiffre d'affaires et une marge brute en dessous des attentes", soulignent les analystes de JP Morgan.

Face aux vents contraires, la direction d'Ontex se voit contrainte de revoir à la baisse ses précisions de mars dernier. Le CEO Charles Bouaziz avait alors pronostiqué, pour 2019, une croissance l'Ebitda récurrent. On n'est plus dans ce cas de figure: les prévisions mises à jour du groupe tablent désormais sur un Ebitda récurrent et sur des ventes "stables" à changes constants.

Élever le niveau

Pour se relancer, le fabricant de produits d'hygiène doit officialiser ce mardi, lors d'une journée d'investisseurs organisée à Londres, le lancement d'un plan de transformation, baptisé Transform2Grow (T2G), qui doit contribuer à élever le niveau de performance de la société.

"Le renforcement de nos priorités commerciales et de notre position concurrentielle nous permettra d'accélérer la mise en oeuvre de nos deux priorités stratégiques: le renforcement de notre position leader actuelle et l'extension dans de nouvelles branches d'activités et régions au sein de nos divisions principales", précise le CEO Charles Bouaziz, cité dans un communiqué.

Concrètement, ce plan stratégique doit permettre de renforcer la croissance des revenus d'ici 2021, celle-ci devant être alors d'au moins 0,5 % plus rapide que le marché. De même, la marge Ebitda devrait progresser de 125 à 175 points de base par rapport à 2018.

→ JP Morgan considère par ailleurs que les objectifs pour 2021 sont "ambitieux.

Pour ce faire, Ontex prévoit d'investir dans les prochaines années 130 millions d'euros, dont 85 millions de coûts non récurrents et 45 millions d'investissements en capitaux. Un montant de 45 ou 50 millions devrait d'ores et déjà être investi dès cette année.

Ce plan T2G est la réponse du management d'Ontex à la tentative de rachat présentée l'an dernier par le fonds d'investissements français PAI Partners. Celle-ci avait été rejetée, et la direction du groupe belge s'était alors engagée à élaborer un plan de transformation pour doper la rentabilité. 

Pas de menaces sur l'emploi... pour l'instant

Ontex, qui dispose d'une vingtaine de sites de production de par le monde, emploie 11.000 personnes au total. En Belgique, le groupe, qui compte environ 1.300 salariés, est exclusivement implanté en Flandre orientale. Outre le siège social implanté à Erembodegem (Alost), il dispose d'unités de production à Buggenhout et Eeklo. Une information au personnel a eu lieu ce matin dans les deux derniers sites. "La direction nous a présenté les grandes lignes du plan qui vise plus d'efficacité, de mieux s'armer face à la concurrence, de réduire les pertes d'énergie et d'améliorer la qualité", indique Gerrit Muylaert (FGTB).  

À première vue, le personnel d'Ontex ne devrait pas être impacté par le plan de création de valeur... du moins pour l'instant. "La direction ne parle pas de licenciements, mais à cette heure nous n'avons pas une vision claire sur les conséquences de ce plan. Pour l'instant, ce sont de belles paroles". Auprès de la CSC, Evi Van Der Bracht, permanente du syndicat chrétien indique: "Ils ont dit qu'il y aurait une place chez Ontex pour tous ceux qui le veulent."

La direction a promis d'informer régulièrement les syndicats au cours des prochains conseils d'entreprise. "Il faudra voir comment la direction entrevoit son processus d'amélioration", conclut Gerrit Muylaert.

Une concertation sur la mise en oeuvre des réformes doit débuter sous peu à Eeklo.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect