Publicité
Publicité

Et si la pandémie tuait 2/3 de nos commerces indépendants?

La reprise du shopping sans rendez-vous n'a pas dopé le chiffre d'affaires des magasins. ©BELGA

Près de 40% des commerçants indépendants se disent en manque de liquidités, un manque chiffré à plus de 10.000 euros. Tous ne sont pas certains de s'en sortir.

Un chiffre d'affaires qui stagne et des liquidités qui s'évaporent, l'état de santé des commerces indépendants est au plus mal. La suppression des rendez-vous obligatoires ne semble pas avoir inversé la tendance.

Selon une enquête menée par l'UCM, 65% des patrons sondés affirment ainsi n'avoir aucune certitude quant à la poursuite de leur activité. En cause: la limitation des clients, le télétravail, la vie sociale et culturelle à l'arrêt, les restaurants toujours fermés. "Ajoutez une météo de printemps pourrie et concluez que le shopping plaisir n'a pas repris."

50%
En comparaison avec le printemps 2019, certains commerçants estiment une perte de recettes de plus de 50%.

La levée de l'obligation de rendez-vous pour le shopping s'est traduite dans une hausse notable du chiffre d'affaires que dans 30% des cas.

Maintenir les aides

"En comparaison avec le printemps 2019, 8% seulement des commerçants ont vu leur chiffre d'affaires augmenter; 10 % ont pu le maintenir. Les autres enregistrent une perte de recettes estimée à plus de 30 % (pour 45,5% d'entre eux), voire de plus de 50 %."

Dans une telle situation, un appel est lancé au maintien des aides. "Pour se remettre de la crise, trois sur quatre auront besoin de liquidités. Près de 40% des commerçants évaluent le montant nécessaire à plus de 10.000 euros, ce qui nécessite une mobilisation des banques et des organismes publics de crédit."

La réouverture de l'horeca et l'assouplissent des restrictions sont vus comme un soulagement, pas comme un miracle. Le véritable verdict tombera avec les soldes et la fin de l'été.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés