Ikea teste la location de meubles

©REUTERS

La chaîne de magasins d'ameublement développe un service de leasing de meubles. Une phase test est lancée en Suisse.

Le succès d'Ikea n'est plus à démontrer. On se souvient de l'information qui a circulé: un bébé européen sur 10 a été conçu dans un lit Ikea.

Néanmoins, l'avenir d'Ikea n'est pas forcément rose, du moins à moyen terme. L'an dernier, le résultat net sous-jacent a reculé de 12%. La chute est encore plus prononcée (-40%) pour le bras "distribution" du groupe, Ingka Group. Et le groupe prévoit que ses résultats pourraient rester déprimés jusqu'en 2022, à cause de la phase de transformation que traverse l'enseigne

Car pour garder sa suprématie, Ikea innove (avec des chaises moulées sur mesure, par exemple, ou des meubles en matériaux 100% recyclés). L'enseigne d'ameublement réinvente son concept en s'installant dans les centres urbains, en envisageant de vendre ses meubles sur Amazon et autre Alibaba.

Aujourd'hui, Ikea veut ajouter une nouvelle corde à son arc: la location de meubles.

Comment ça marche?

"Plutôt que de jeter ces meubles, nous les remettons à neuf prolongeant ainsi leur cycle de vie"
Torbjorn Loof
CEO de Ikea

L'idée est simple: vous louez vos meubles pour une période déterminée. À l'issue de celle-ci, vous les échangez contre des meubles neufs. Les meubles rendus sont remis en état et réinjectés dans le canal de vente. "Plutôt que de jeter ces meubles, nous les remettons à neuf prolongeant ainsi leur cycle de vie", explique dans le "Financial Times", Torbjorn Loof, CEO de Ikea. 

Le service est lancé dans une phase de test en Suisse. Les premières pièces seront les bureaux et chaises à destination des professionnels. Néanmoins, la location de cuisines est aussi dans les tablettes de l'enseigne. "Cela pourrait être intéressant si en tant que consommateur vous vous dites, je peux changer, adapter ou moderniser ma cuisine via une sorte d'abonnement."

Ikea envisage aussi la vente de pièces détachées: charnières, vis, voire même des meubles n'étant plus vendus en magasin. 

©REUTERS

D'autres acteurs déjà sur la balle

Quoi qu'il en soit, Ikea n'invente rien en se lançant dans le leasing de meubles. Plusieurs acteurs sont déjà présents dans ce segment, notamment en Belgique. Il y a les loueurs spécialisés dans les mobiliers de bureau, mais il y a aussi ceux qui vous permettent de vous confectionner un petit cocon à partir de meubles en location. 

Chez In-Lease, par exemple, on s'adresse davantage aux expatriés en quête de logements familiaux qu'il faut meubler ou dans l'attente de la livraison de leurs propres meubles. "Les appartements meublés sont généralement de petite taille. Il est quasiment impossible de trouver un appartement meublé avec 2 ou 3 chambres voire une maison. Par ailleurs, on trouve beaucoup de meublés dans les centres-villes, mais plus difficilement dès qu'on s'éloigne", explique Filip Vandevoorde, directeur des ventes et marketing.

In-Lease dispose d'une formule permettant, en fin de contrat, de racheter les meubles. Mais ce n'est pas monnaie courante.  

L'avantage loué par In-Lease réside donc dans le service offert. Outre les meubles, la société fournit aussi les appareils électroménagers, les draps, etc. "En cas de panne, nous remplaçons immédiatement l'appareil défectueux."

Il faut compter à partir de 150 à 200 euros par mois pour un appartement correctement équipé.

La marque belge de canapés, Indera, a aussi déjà annoncé son intention de se lancer dans la location de ses canapés 100% recyclables; et ce dans un souci écologique. Le lancement du service est prévu au second semestre 2019.

©BELGA

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect